mercredi 17 avril 2019

Habiter le monde de Stéphanie Bodet

Date de parution : janvier 2019 chez Gallimard
Nombre de pages : 288

Emily a rencontré Tom en terminale, elle a toujours su qu'elle ne pourrait pas lutter contre sa passion pour la montagne. Lorsqu'elle apprend qu'il vient de disparaître dans un accident d'escalade, Emily va avoir besoin de s'isoler dans la nature au fond d'une grotte sauvage des Calanques pour commencer son deuil, pour "faire face au vide et à l'absence". 

Lorsqu'elle réalise que, comme Tom, elle se met en danger en escaladant les parois des calanques Emily se ressaisit et part s'installer à Paris où elle découvre rapidement qu'elle est enceinte. Elle reprend les études de lettres qu’elle avait abandonnées pour suivre Tom, obtient un poste de rédactrice dans un magazine de décoration et se constitue un noyau d'amis précieux. C'est par le biais de son travail qu'elle rencontrera Mark un décorateur d'intérieur à la mode qu'elle part interviewer en Australie. 

Ce roman est bien "Un hymne à la montagne, à l'amour, à la lumière du cœur" comme l'indique Jean-Christophe Rufin sur sa couverture. Stéphanie Bodet engage ici une réflexion sur la puissance consolatrice de la nature, sur l'importance de cultiver sa vie intérieure, sur la façon d'habiter vraiment un lieu et d'habiter le monde. Quête de l'essentiel, sens à donner à sa vie, quête d'authenticité, éloge de la lenteur... Le tout baigne au milieu de références littéraires puisque Emily est une femme de lettres. J'ai déploré que la deuxième partie ne soit pas à la hauteur du début du roman et que certains passages vraiment trop fleur bleue gâchent mon plaisir de lecture, peut-être qu'un texte allégé d'une centaine de pages aurait suffi pour étayer ses réflexions.

Ce roman fait partie de la première sélection du prix Orange.


L'auteure



Née en 1976, Stéphanie Bodet partage son temps entre l'alpinisme et l'écriture. Elle a relaté son parcours dans "A la verticale de soi", paru chez Paulsen en 2016. "Habiter le monde" est son premier roman. (Sources : Éditeur)





5 commentaires:

  1. pas totalement convaincue donc! bonne journée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mitigée en effet. Pourtant il y a d'excellentes choses dans ce roman.

      Supprimer
  2. Effectivement, l'alternance entre des passages très inspirés et d'autres très fleur bleue est assez étonnante... Ce roman m'a fait du bien, malgré ses travers.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends... mais quel dommage que ces passages fleur bleue et ces redites gâchent un peu l'ensemble par ailleurs très profond !

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer