lundi 20 août 2018

K.O. d'Hector Mathis


Date de parution : 16 août 2018 chez Buchet-Chastel
Nombre de pages : 208

Sitam, un jeune homme passionné de jazz et de littérature, tombe amoureux de la môme Capu. tous deux s'installent ensemble dans le logement qu'un ami a prêté à la jeune femme jusqu'à ce qu'un soir la capitale retentisse d'explosions et soit envahie de policiers et de militaires. Les deux jeunes gens parviennent à quitter Paris avant que la ville ne soit bloquée et partent se réfugier dans la banlieue natale de Sitam, "la grisâtre". C'est le début d'une errance qui va les mener de la banlieue à Amsterdam dans un contexte de précarité extrême, une errance qui va être jalonnée de belles rencontres.

dimanche 19 août 2018

Je voudrais que la nuit me prenne d'Isabelle Desesquelles

Date de parution : 16 août 2018 chez Belfond
Nombre de pages : 203

"Si on les laisse faire les absents ont raison de nous et ils nous possèdent "

La narratrice est une petite fille de huit ans qui vit dans une sorte de bulle d'amour avec ses parents dans une fantaisie bondissante. Rosalie, sa "maman toute folle" a gardé l'émerveillement de l'enfance. Elle est sauvage, toujours nue, excessive en tout, passionnée de livres, soumise à un désordre intérieur permanent. Une description qui n'est pas sans rappeler la mère de "En attendant Bojangles" d'Olivier Bourdeaut... Son père qui est à la fois son instituteur vit un amour fusionnel avec sa mère. Spectatrice d'un amour absolu la petite fille pense apprendre auprès d'eux ce que sera son futur amour avec son ami Just "leur tumulte me happait, et il m'apprenait Just"

samedi 18 août 2018

Tu t'appelais Maria Schneider de Vanessa Schneider

Date de parution : 16 août 2018 chez Grasset
Nombre de pages : 256

L'actrice Maria Schneider est décédée à l'âge de 58 ans en 2011. Dans ce  livre c'est Vanessa, sa cousine, sa cadette de dix sept ans, qui s'adresse à elle. C'est un livre qu'elles avaient prévu d'écrire ensemble car Maria tenait à donner sa version des faits qui ont marqués sa vie mais devant les doutes de Maria, elles ont renoncé toutes deux à ce projet. Vanessa entreprend de raconter leur histoire à elles deux "ce livre parle beaucoup de toi et un peu de moi... Ce livre est pour toi, Maria. Je ne sais pas si c'est le récit que tu aurais souhaité mais c'est le roman que j'ai voulu écrire".

vendredi 17 août 2018

Un monde à portée de main de Maylis de Kérangal

Date de parution : 16 août 2018 chez Gallimard
Nombre de pages : 288 

Maylis de Kérangal relate le parcours initiatique de Paula, peintre de décor. La jeune fille suit une formation à l'âge de vingt ans dans un institut de peinture de Bruxelles spécialisé dans la peinture des bois et des marbres où, durant six mois, elle apprend les techniques du Trompe l’œil, l'art de l'illusion. Elle y rencontre Jonas, son colocataire et Kate. Ce sont des mois d'une vie d'ascète en vase clos, coupés du reste du monde, durant lesquels la peinture envahit tout, l'espace et les esprits, des mois de doutes où ils apprennent à copier, imiter et reproduire jusqu’à épuisement toutes les nuances du marbre, toutes les essences de bois, des mois de souffrance dans leur corps tellement le travail est physique.

jeudi 16 août 2018

Tenir jusqu'à l'aube de Carole Fives


Date de parution : 16 août 2018 chez Gallimard
Nombre de pages : 176

Je suis ravie de commencer ma série de chroniques de la rentrée littéraire par ce roman qui paraît aujourd'hui car il fait partie des quelques coups de cœur que j'ai eus parmi mes lectures en avant-première de romans de cette rentrée. 

La narratrice est une jeune femme qui vit seule avec son enfant depuis le départ du père. Elle est  isolée, sans amis ni famille, à Lyon où elle était venue rejoindre son compagnon. Graphiste en freelance, elle travaille à son domicile quand son enfant dort ou quand elle le met devant la télé. Elle vit en huis clos avec l'enfant de deux ans dont le prénom ne sera jamais donné dans un tête à tête permanent et étouffant. Elle accumule les soucis sans place en crèche, sans famille à proximité, avec des problèmes d'argent, harcelée par l'huissier pour des retards de loyer avec la hantise de ne jamais tomber malade. Elle vit mal sa solitude affective "Deux ans que personne ne l'a touchée hormis l'enfant", doit consoler l'enfant qui réclame son père et croit le voir partout. Elle espère toujours un signe du père dans l'intérêt de son fils car elle veut que son fils ait un père.

dimanche 12 août 2018

Petit éloge du running de Cécile Coulon


Date de parution : mars 2018 aux Éditions François Bourin
Nombre de pages : 117

Avec cet essai sur le running Cécile Coulon nous propose un Marathon littéraire avec trois ravitaillements pour que le lecteur puisse reprendre son souffle.

Issue d'une famille sportive où tout le monde court, Cécile Coulon a pratiqué très jeune la course à pied en famille. D'abord loisir familial, elle a ensuite recherché la performance et participé à des courses officielles. La course est devenue un besoin pour son corps, elle avale aujourd'hui environ quarante kilomètres par semaine et déclare que cette pratique lui est indispensable comme Haruki Murakami pour pouvoir écrire . "J'écris en courant. L'histoire se construit pendant que les jambes bougent".

samedi 11 août 2018

Ils ont voulu nous civiliser de Marin Ledun

Date de parution : octobre 2017 chez Flammarion
Nombre de pages : 240

J'ai lu ce roman après avoir eu la chance de rencontrer Marin Ledun lors des Quais du Polar grâce à lecteurs.com.

Thomas est un petit truand qui multiplie les trafics. Lorsqu'il se retrouve face à Baxter, un vrai truand qu'il laisse pour mort après une dispute, le jeune homme s'affole et s'enfuit après lui avoir dérobé tout son argent. Mais Baxter s'en sort et va le poursuivre sans relâche avec deux amis dans une région où la tempête fait rage. Thomas, paniqué, trouve refuge dans une maison isolée auprès d'un vieil homme nostalgique de la guerre d'Algérie, un sacré personnage...