vendredi 24 février 2017

Presque ensemble de Marjorie Philibert




Date de parution : janvier 2017 chez JC Lattès
Nombre de pages : 376


Tout commence le 12 juillet 1998. En pleine finale de la coupe du monde de foot, Victoire et Nicolas se rencontrent dans un bar à Paris. Nicolas, 19 ans, est étudiant en sociologie, c'est un solitaire peu à l'aise avec les filles qui a très d'expérience dans ce domaine. Il profite d'assister à cette finale du Mondial dans un bar pour tenter de se rapprocher physiquement des filles supportrices. Victoire, étudiante en psycho, est née le 10 mai 81, le jour de la victoire de François Mitterrand. Nicolas et Victoire s'installent très vite ensemble.
Ce roman nous raconte leur histoire, c'est l'histoire ordinaire d'un couple ordinaire qui s'installe vite dans la routine du quotidien avec la tendresse qui remplace vite le sexe et l'apparition des pantoufles...

A l'issue de leurs études, ils rentrent mollement dans la vie active, sans vocation et sans ambition,  elle dans une agence de communication et lui comme rédacteur dans une revue de sociologie sur internet. Pas du tout investis dans leur vie professionnelle, ils mènent une vie étriquée sur tous les plans et ne parviennent pas à donner un sens à leur vie.

Nicolas et Victoire sont un peu des anti-héros assez médiocres, sans ambition, apathiques qui enchainent frustration et résignation. "Leur couple finit par prendre tout entier la place des idéaux qui leur manquaient tant. Il était devenu un refuge où ils se sentaient à l'abri de la vie."

jeudi 23 février 2017

Prix France Télévisions 2017 - La sélection

Six romans et six essais ont été choisis pour le Prix Essai et le Prix Roman France Télévisions 2017 par le jury de sélection, présidé par François Busnel (La Grande Librairie). Comme chaque année, c'est un jury composé de 15 téléspectateurs qui désignera les lauréats. Les deux prix seront annoncés en direct dans La Grande Librairie du 23 mars prochain.


Romans :
  • Tropique de la violence  ,  Nathacha Appanah (Gallimard)
  • Trois ex, Régine Detambel (Actes Sud)
  • La Sonate à Bridgetower (Sonata Mulattica),  Emmanuel Dongala (Actes Sud)
  • Denise au Ventoux,  Michel Jullien (Verdier)
  • Continuer, Laurent Mauvignier (Les Editions de Minuit)
  • Apatride, Shumona Sinha (Editions de L’Olivier )

Essais :
  • Histoire mondiale de la France Patrick Boucheron (Collectif – Seuil)
  • De l’âme, François Cheng (Albin Michel)
  • La nuit. Vivre sans témoin, Michaël Foessel (Autrement)
  • Mes mille et une nuits. La maladie comme drame et comme comédie,  Ruwen Ogien (Albin Michel)
  • Tuer le cancer, Patrizia Paterlini-Bréchot (Stock)
  • Sur les chemins noirs, Sylvain Tesson (Gallimard)

L'an dernier, le prix Roman a été décerné à Olivier Bourdeaut pour "En attendant Bojangles"  et le Prix Essai à Mathias Malzieu pour "Le journal d'un vampire en pyjama".

mercredi 22 février 2017

Les parapluies d'Erik Satie de Stéphanie Kalfon



Date de parution : février 2017 aux éditions Joëlle Losfeld
Nombre de pages : 211

" On n'envie jamais les gens tristes"  c'est ainsi que commence ce roman.
Renvoyé à 17 ans du Conservatoire, le compositeur et pianiste français Erik Satie s'y démarquait par son insolence, son refus de respecter les règles et sa singularité, rêveur il était considéré comme un cancre. " Ici, on exécute la musique! Il n'y a pas de vérité en art : Les compositeurs ne doivent pas être esclaves des règles." écrit-il en lettres noires sur le fronton du Conservatoire. 
Ce rejet le marquera à vie  " Ils ont fait de lui un être défait. Un être en ruine.". Il trainera toute sa vie un terrible besoin de reconnaissance, se demandant  "À quel âge est-il trop tard pour devenir quelqu'un?"

Erik Satie est dépeint comme un être contemplatif "Il enfilait de l'ennui à l'ennui " et solitaire. Frappé d'insomnies, il marche la nuit, dort le jour, flâne et boit de l'absinthe. Il cache sa mélancolie sous une certaine fantaisie, et adopte un habillement provocateur loin des conformismes de l'époque.
Il est aussi entier et  intransigeant " Rien ne le blesse davantage que de partager un bon moment avec un être qui n'en garde qu'un souvenir vague, voire aucun."
C'est un homme plein de paradoxes qui malgré son extrême timidité est capable de coups d'éclats comme lorsqu'il parvient à se faire engager dans un bar.
Un homme marqué par la mort de sa sœur Diane à l'âge de 8 mois , la mort de sa mère et de sa grand mère à Honfleur, des morts qui l’obséderont toute sa vie...
Erik Satie a le goût de la nuit et de la liberté et traine avec une bande d'artistes Alphonse Allais, le poète Contamine avec qui il partage un costume. Il rencontre aussi Debussy avec qui il va entretenir une amitié de 30 ans.

mardi 21 février 2017

Jeux de miroirs de E.O. Chirovici

O

Date de parution : janvier 2017 aux éditions les Escales
Nombre de pages : 304

Un agent littéraire, Peter Katz, reçoit les premiers chapitres d'un manuscrit de Richard Flynn intitulé Jeux de miroirs, l'écrivain a joint à son envoi une lettre de présentation qui intrigue Peter. 
Le personnage principal de ce manuscrit est le professeur Joseph Wieder, un ponte de la psychologie cognitive de Princeton, sommité du monde universitaire, brutalement assassiné en 1987. Son meurtre n'a jamais été élucidé.
Peter est très intéressé par ce texte, espérant que ce récit apporte des révélations sur cette affaire car Richard Flynn, lorsqu'il était étudiant, a côtoyé le professeur dans les derniers mois de sa vie. Il pense tenir entre ses mains un futur best-seller.
Grâce à sa colocataire Laura Baines dont Wieder supervisait le travail de recherche, Flynn avait trouvé en 1987 un petit boulot chez Wieder pour financer ses études : il était chargé de l'archivage électronique de l'énorme bibliothèque du professeur. Laura et Flynn  disposaient tous deux de la clé de la maison de Wieder.
Wieder était un homme étrange qui exerçait une sorte de mélange de fascination et de répulsion sur son entourage.

Mais quand Peter veut récupérer la suite du texte auprès de Richard, c'est trop tard, celui-ci vient de décéder et la suite du manuscrit reste introuvable...
Peter embauche alors un journaliste John Keller et lui confie la mission de rechercher le fameux manuscrit, d'élucider l'affaire ou d'inventer la suite à partir des premiers chapitres.

lundi 20 février 2017

Une femme au téléphone de Carole Fives





Date de parution : janvier 2017 chez Gallimard
Nombre de pages : 98

Charlène, 62 ans, se sent très seule et harcèle sa fille au téléphone. Le livre est constitué de ses propos et des innombrables messages qu'elle lui laisse en rafale sur son répondeur sans jamais que les réponses de sa fille ne soient citées.

Pathétique, culpabilisante à l'envie, "Une mère, on n'en a qu'une, vous devriez en profiter", jouant  sur la corde sensible quand elle est soignée pour un cancer, on découvre au bout de quelques pages qu'elle est bipolaire.
C'est donc de l'hôpital où elle est soignée pour son cancer, de l'hôpital psychiatrique où elle est soignée pour sa bipolarité qu'elle appelle sa fille. Lorsqu'elle est de retour chez elle, elle lui raconte avec de menus détails ses recherches sur les multiples sites de rencontre auxquels elle reste connectée des nuits entières et ne lui épargne aucune de ses histoires de sexe.

jeudi 16 février 2017

Vie de ma voisine de Geneviève Brisac


Date de parution : janvier  2017 chez Grasset
Nombre de pages :180


Geneviève Brisac nous raconte ici la vie de sa voisine. Suite à un déménagement, elle a rencontré cette voisine, "Eugénie, dite Jenny, dite Nini", institutrice de classe préparatoire, née en 1925. Jenny l'aborde un jour pour lui parler de Charlotte Delbo car elle a entendu Geneviève Brisac parler de cette résistante dans une émission. 
Réunies par l'amour des livres, très vite Geneviève Brisac et Jenny se lient d'amitié. Peu à peu Jenny va lui confier son histoire et Geneviève Brisac va écouter, questionner et accompagner, "elle réinvente le plus loyalement possible la vie de Jenny"

Dans le récit leurs voix se fondent, " les temporalités et les topographies" se mêlent, aboutissant à un  texte serré, haché.

Les parents de Jenny étaient des émigrés juifs polonais, militants politiques. Son père l'emmenait en manifestation alors qu'elle n'avait que 9 ans, avec ses parents elle a vu arriver les mesures anti-juives en 1936.
Leur vie bascule le 16 juillet 1942 lorsqu'un ancien voisin policier frappe à leur porte et les arrête. C'est la rafle du Vel d'Hiv...

mercredi 15 février 2017

68 premières fois c'est reparti ! - Sélection rentrée d'hiver 2017

Les 68 premières fois, c’est :

– De la curiosité  (découvrir de nouveaux auteurs, défricher de nouveaux territoires…)

– Du partage (promouvoir, échanger autour des premiers romans avec un collectif de lecteurs…)

– Une ambition  (faire vivre les livres dans des lieux autres que les librairies, vers des publics non acquis comme en prison, sous des formes moins conventionnelles)

– Une organisation  (une association loi 1901, partenariats avec notamment Babelio et Page des libraires, des animations et des rencontres…)

– et un blog  


Nous sommes une cinquantaine à participer à cette édition 2017. Nous allons lire, chroniquer, débattre, faire circuler les premiers romans sélectionnés par Charlotte, Eglantine et Nicole. 

Voici leur sélection qui va être enrichie au fur et à mesure de leurs coups de cœur à l'occasion des sorties de printemps. Pour l'instant j'ai déjà lu (et aimé !) certains des romans de cette belle sélection...


- Marguerite de Jacky Durand
- La sonate oubliée de Christiana Moreau
- Presque ensemble de Marjorie Philibert
- Outre-mère de Dominique Costermans
- Principe de suspension de Vanessa Bamberger
- Ne parle pas aux inconnus de Sandra Reinflet
- Marx et la poupée de Maryam Madjidi 
- La téméraire de Marie Westphal
- Nous, les passeurs de Marie Barraud
- Elle voulait juste marcher tout droit de Sarah Baruck
- Mon ciel et ma terre de Aure Attika
- Les parapluies d'Erik Satie de Stéphanie Kalfon