mardi 26 septembre 2017

Nos richesses de Kaouther Adimi


Date de parution : août 2017 aux éditions du seuil
Nombre de pages : 224

En 1936 Edmond Charlot a 21 ans lorsqu'il ouvre la librairie " Les vraies richesses" à Alger. Sa devise "Un homme qui lit en vaut deux" est inscrite en français et en arabe sur la vitrine. Avec très peu de moyens financiers, il crée un établissement de sept mètres sur quatre qui est à la fois une librairie et une maison d'édition. Ce lieu conçu pour les amis de la littérature et de la Méditerranée est aussi un lieu de rencontres et de lecture où sont exposées des œuvres d'art. D'illustres écrivains dont Albert Camus, ont fréquenté assidûment le lieu. " C'est pour l'essentiel une affaire de circonstances, d'amitiés et de rencontres."
Edmond Charlot a publié les premiers livres de Camus, Kessel, Emmanuel Robles, Gide, Garcia Lorca, Max-Pol Fouchet... et a bénéficié du soutien de Giono qui l'a autorisé à utiliser le titre d'un de ses livres pour nommer sa librairie. Camus restera toute sa vie d'une fidélité exemplaire envers son ami. Certains des auteurs édités par Edmond Charlot seront récompensés par des prix prestigieux (Henri Bosco et Jules Roy recevront le prix Renaudot en 1945 et 1946)

lundi 25 septembre 2017

Point cardinal de Léonor De Récondo



Date de parution : août 2017 chez Sabine Wespieser
Nombre de pages : 232

"Doit-on être ce que voient les autres, être tel qu'on nous a aimé? "

Le roman commence par une scène où Mathilda se démaquille, enlève sa perruque et se déshabille dans sa voiture pour redevenir Laurent. Laurent est marié à Solange depuis vingt ans, ils ont deux enfants, Thomas, seize ans et Claire, treize ans. Il aime sa femme avec qui il a réalisé son souhait de construire une famille. Il pensait que cette union et la paternité lui apporteraient une stabilité et ferait taire la femme qui est en lui. En proie à un tiraillement intérieur et à une grande souffrance il échange la nuit sur des forums transsexuels et se rend régulièrement au Zanzi bar avec Cynthia, un homme qui a changé de sexe, qui le comprend et le soutient, toujours prête à répondre à ses doutes et à ses interrogations. Lorsque sa femme part trois jours avec leurs enfants, il reste seul chez eux et se travestit pour la première fois à son domicile. Faire vivre Mathilda chez lui confirme à Laurent que son corps n'est pas le bon.

samedi 23 septembre 2017

Un bruit de balançoire de Christian Bobin


Date de parution : 30 août 2017 aux Éditions de l'Iconoclaste
Nombre de pages : 96

Ce livre commence par quelques pages manuscrites de l'auteur qui écrit exclusivement à la main, Christian Bobin est un homme qui n'a ni téléphone portable ni ordinateur. Ces pages introduisent un texte entièrement constitué de lettres, ce sont des lettres adressées soit à un être humain (sa mère, un ami, une poétesse...), soit à un objet (son "vieil escalier" sur la marche duquel il lisait lorsqu'il était enfant, son "pauvre bol", un nuage... ), elles sont écrites de la même façon, avec la même intensité dans tous les cas. Ce recueil de lettres est une sorte de journal intime dans lequel Christian Bobin raconte ses nombreux émerveillements.

jeudi 21 septembre 2017

La tête et le cou de Maureen Demidoff


Date de parution : août 2017 aux éditions des Syrtes
Nombre de pages : 213

J'ai lu ce document dans le cadre de ma participation au Grand prix des Lectrices Elle 2018, il a été sélectionné par le jury de septembre.

L'auteur a interviewé des femmes représentantes de trois générations issues de milieux et d'univers différents. Il s'agissait d'interviews libres sans que l'auteur ne pose trop de questions, le but était que ces femmes lui racontent leur Russie. Le titre qui provient d'un proverbe russe est cité par l'une des femmes "L'homme est la tête et la femme est le cou. La tête ne bouge que grâce au cou qui la commande."

mercredi 20 septembre 2017

Les 68 premières fois ça continue ! - Sélection d'autômne 2017

Les 68 premières fois, c’est :

– De la curiosité  (découvrir de nouveaux auteurs, défricher de nouveaux territoires…)

– Du partage (promouvoir, échanger autour des premiers romans avec un collectif de lecteurs…)

– Une ambition  (faire vivre les livres dans des lieux autres que les librairies, vers des publics non acquis comme en prison, sous des formes moins conventionnelles)

– Une organisation  (une association loi 1901, partenariats avec notamment Babelio et Page des libraires, des animations et des rencontres…)

– et un blog  

mardi 19 septembre 2017

Une fille dans la jungle de Delphine Coulin

Date de parution : août 2017 chez Grasset
Nombre de pages : 240

La jungle dont il est question dans ce roman n'est pas peuplée d'arbres et de perroquets, il s'agit de la jungle de Calais. Delphine Coulin raconte l'histoire de six personnages, des enfants et des adolescents entre 8 et 17 ans, "deux grands, deux petits, deux filles". Les garçons viennent d'Afghanistan et s’appellent Milad, Jawad, Ali et Ibrahim; les filles Hawa et Élira viennent d’Éthiopie et d'Albanie.
L'histoire commence au moment du démantèlement du camp, ces six jeunes choisissent de rester, ils refusent de partir dans un centre d'accueil pour mineurs avec ceux qui ont abandonné l'idée de vivre en Angleterre. Pour eux, l'Angleterre, distante de seulement 33 kms de Calais, reste le lieu dont ils rêvent, le lieu où ils veulent aller ensemble, un lieu promesse d'une vie meilleure.

dimanche 17 septembre 2017

Inavouable de Zygmunt Miloszewski


Date de parution : septembre 2017 chez Fleuve noir
Nombre de pages : 593

J'ai lu ce roman policier dans le cadre de ma participation au Grand prix des Lectrices Elle 2018, il a été sélectionné par le jury de septembre.

Au départ, j'ai été ravie de lire pour la première fois un auteur polonais dont les amateurs de romans policiers disent beaucoup de bien.

L'intrigue se déroule dans le milieu de la peinture impressionniste. A Varsovie, de nos jours, la responsable du département de recouvrement de biens culturels polonais, un marchand d'art, une voleuse d’œuvres d'art, un officier de services secrets polonais retraité sont sur la piste d'un tableau d'une valeur inestimable volé par les nazis pendant la seconde guerre mondiale.
L'intrigue est relativement bien menée mais la fin, complètement tirée par les cheveux, m'a énormément déçue.