mardi 7 mai 2019

Tout le bleu du ciel de Mélissa Da Costa

Date de parution : février 2019 aux Carnet du Nord
Nombre de pages : 654

Petiteannonce.fr : Émile, 26 ans, condamné à une espérance de vie de deux ans par un Alzheimer précoce, souhaite prendre le large pour un ultime voyage. Recherche compagnon(ne) pour partager avec moi ce dernier périple.

Voilà l'annonce qu’Émile a passé après avoir appris qu'il était condamné à brève échéance. Il refuse d'être hospitalisé pour un essai clinique sans espoir de guérison et ne veut pas être à la charge de sa famille qui le couve depuis la terrible annonce. Il ne supporte plus le regard et le comportement de sa famille et de son meilleur ami depuis que le diagnostic est tombé. Il partira sans adieux et ne rallumera jamais son portable lors de son périple.

Quelques jours après la parution de son annonce, il reçoit une réponse de Joanne, une jeune femme qui accepte de partir avec lui en camping-car. Indifférente à tout, elle n'exprime aucune émotion et ne lui explique pas ce qui motive son choix de l'accompagner. On comprend assez vite que Joanne n'a pas été épargnée par la vie elle non plus. Que fuit-elle pour partir ainsi avec un parfait inconnu?

Commence alors un voyage au cœur des Pyrénées en marge de la civilisation...

Lors de cette déambulation sans but Émile et Joanne vont faire de belles rencontres, vont peu à peu s'apprivoiser, on les voit changer, on voit leur relation évoluer peu à peu. Par l'introspection et la méditation ils vont voyager au cœur d'eux-mêmes et atteindre sérénité et paix intérieure.  L'écriture est assez ordinaire mais les dialogues sonnent toujours très juste. Les personnages sont très touchants, l'idée de départ est belle, la construction avec les souvenirs d’Émile qui remontent de temps en temps est bien réussie, la réflexion sur la fin de vie est intéressante. Mais, si j'ai pu accepter quelques invraisemblances, un peu trop de bons sentiments, quelques éléments assez prévisibles, j'ai fini par me lasser de ce voyage interminable. 654 pages étaient-elles nécessaires pour raconter cette histoire ? Quel dommage...

Ce roman fait partie de la première sélection du prix Orange.














L'auteure :

Mélissa Da Costa a vingt-huit ans. Après des études d’économie et de gestion, elle est chargée de communication dans le domaine de l’énergie et du climat. Elle suit également des formations en aromathérapie, naturopathie et sophrologie. (Sources : Éditeur)



7 commentaires:

  1. Le sujet pourrait m'intéresser fortement mais tant de pages !!! Il faut vraiment que ça soit passionnant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le nombre de pages et les multiples longueurs et redites desservent ce livre qui avait beaucoup d'atouts... Quel dommage !

      Supprimer
  2. 654 pages, cela me semble assez long et me rappelle un lire aussi lourd et long où il était aussi question d'un voyage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois de quel livre tu veux parler... Celui ci est nettement plus intéressant 😉

      Supprimer
  3. Il me tentait beaucoup mais je dois dire que l'épaisseur me faisait déjà un peu hésiter. Et te lire n'arrange pas l'affaire ^0^

    RépondreSupprimer
  4. Moi j'ai bien aimé cette lenteur et j'ai quitté les personnages avec regret. Billet aujourd'hui sur le blog. Mais effectivement j'ai été surprise que l'on ne demande pas à l'auteure d'abréger, surtout pour un premier roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu dois être plus patiente que moi 😉
      Je suis d'accord avec toi sur le rôle qu'aurait dû avoir l'éditeur, le livre y aurait beaucoup gagné.

      Supprimer