dimanche 16 août 2015

En vieillissant les hommes pleurent de Jean-Luc Seigle

Date de parution : janvier 2012

Grand prix RTL-Lire 2012

J'ai découvert Jean-Luc Seigle en lisant "Je vous écris dans le noir", très beau livre qui m'a donné envie de mieux connaître cet auteur.
L'histoire se déroule dans les années 60, sur une journée.
Albert, 53 ans, est un paysan ancré dans la nature, il se contente de peu et vit dans la ferme où il est né dans un village de 72 habitants. Il doit travailler de nuit comme ouvrier chez Michelin à Clermont Ferrand pour gagner sa vie.
Marié depuis 22 ans à Suzanne, il a 2 fils. Il a eu beaucoup de difficulté à créer un lien avec son fils aîné Henri qu'il n'a connu qu'à l'âge de 5 ans à son retour de captivité en Allemagne, il était comme un intrus dans le couple que sa femme formait avec son fils. De plus, il n'a jamais pu parler de ce qu'il a vécu à la guerre et d'ailleurs, personne ne lui en parle.
Il se sent par contre très proche de son 2ème fils, Gilles, 11 ans. Gilles lit, il a le sens de la poésie et de l' imagination. Albert est Impressionné et admiratif devant son goût pour la littérature. Il cherche quelqu'un pour l'accompagner dans son chemin dans les livres et le faire progresser en orthographe, il confiera cette tâche à son voisin Antoine, ancien maître d'école.
Fatigué de la vie, Albert fait le bilan de sa vie, il ne peut pas s'adapter à la vie moderne, à la société de consommation. Il veut "en finir" et "mourir est le meilleur moyen d'y arriver"
Ce livre parle de la condition ouvrière, de la fatalité de devenir ouvrier de père en fils, du rêve de modernité de Suzanne qui immortalise par une séance photo chez le photographe chaque nouvel achat symbole de la vie moderne (l'arrivée de la télé, première dans le village, est un moment fort), du passé (à noter une magnifique définition du passé...)
Il nous fournit également une belle réflexion sur l'apport des livres, sur leur lien avec la vie.
Jean-Luc Seigle termine son texte par un très bel essai "L'imaginot" sur la ligne Maginot et sur les mensonges politiques et historiques. Il nous amène à nous interroger sur les survivants des guerres: ne seraient-ils pas les grandes victimes des guerres bien plus que ceux qui sont morts au champ d'honneur, le survivant est celui qui n'est pas mort en héros et qui porte parfois la honte du soldat vaincu...

Ce livre est sensible, touchant, tout en nuances, émouvant. C'est une belle analyse de l'époque. Les personnages de cette famille de français moyens sont très vrais.
Livre marquant, auteur à suivre...


 Citations
 "Les dates, si on y réfléchit bien, ne sont qu'une manière de donner des noms au temps pour ne pas se perdre. Rien de plus."


Lu du même auteur

 Pour accéder à ma critique de ce livre, cliquer ici

Aucun commentaire:

Publier un commentaire