dimanche 25 août 2019

Rien n'est noir de Claire Berest

Date de parution : 21 août 2019 chez Stock
Nombre de pages : 250

Nous sommes au Mexique. Alors qu'elle se destinait à des études de médecine, Frida est victime à l'âge de dix-huit ans d'un grave accident de bus. Cassée en mille morceaux, la colonne brisée, elle vit le martyre contrainte de rester de longs mois couchée. Rapidement abandonnée par son fiancé, elle se met à peindre " Elle peint pour s'abriter. Pour ne pas être seule" , " Elle peint parce qu’elle est attachée à ce lit et qu'il ne faut pas mourir de suite, mais un peu plus tard."

Un jour de 1928 Frida, qui n'a jamais eu froid aux yeux, interpelle Diego Rivera perché en haut de son échafaudage pour lui demander de regarder ses tableaux. C'est le plus grand peintre du Mexique, spécialiste des fresques murales.

Cette rencontre marque le début d'une folle passion. Diego et Frida se marient en 1929 et le couple devient un mythe aux États-Unis car les américains s'arrachent l'artiste, Ford et  Rockfeller lui commandent des fresques. Provocateur, Diégo produira des œuvres qui susciteront souvent des controverses. Exubérante, parée de bijoux excentriques, habillée de jupons superposés dont les ourlets recèlent des messages érotiques brodés de sa main, les dents ornées de diamants, Frida, dotée d'un tempérament de feu, est une vraie passionaria qui ne craint pas de faire preuve d'insolence devant les plus grands. Le couple bénéficie d'une aura hors du commun.

Auprès de Diégo Frida va passer par tous les rôles, adopter toutes les postures, osciller entre révolte, colère, soumission et dévotion en restant sa bonne, son assistante alors qu'elle peint elle-même des auto portraits d'une grande force. Très douée elle est contrainte de restée dans l'ombre de son géant de mari. " La peinture c'est un lieu sur la mappemonde de son caractère ".
Deux univers de peinture antagonistes, pour lui le gigantisme, la foule de personnages de toutes classes sociales, pour elle l'autoportrait, la précision des détails des visages. Un visage contre une fresque. 




" Diego peint le monde entier sur des murs en cherchant un éclat transcendant. 
Frida peint le détail sur des toiles minuscules et ne cherche rien. 
Pourtant elle capture le monde entier."

Toute sa vie "percluse de douleurs insondables", séquelles de son accident, délaissée par Diego qui multiplie les aventures Frida s’étourdit dans un tourbillon de fêtes, se noie dans l'alcool, accumule amants et maîtresses pour imiter Diégo, pour provoquer Diégo. La relation entre Diego et Frida, deux êtres indissociables, sera toujours faite de passion, d'excès, de rage. 

Claire Brest nous offre ici une biographie romancée très réussie que j'ai lue d'une traite, elle a eu la jolie idée d’attribuer une couleur à chaque période de la vie de Frida et Diégo, du bleu, du rouge, du jaune, du gris... une avalanche de couleurs pour habiller leur passion. Son récit parsemé de citations extraites des écrits de Frida et de Diego est mené tambour battant dans un style qui colle parfaitement à cette histoire flamboyante. Avec une écriture magnifique mais qui sait rester sobre, Claire Berest met en lumière Frida, sa personnalité, sa fureur de vivre, sa folle passion pour Diégo. Elle sait créer une atmosphère, raconter une époque comme dans Gabriële, ici elle nous fait croiser Apollinaire et Picabia que Diego a fréquentés, André Breton qui a promis à Frida d'organiser une exposition de ses œuvres à Paris, Trotski qui fut l'un de ses amants. D'une façon extrêmement vivante et détaillée elle décrit certains tableaux de Frida dans lesquelles l'artiste peint sa douleur physique ou morale.
Pour Frida c'est une vie de combat contre la douleur, contre Diego qu'elle a dans la peau, un combat pour tenter d’être son double puis pour exister par elle-même et surtout un combat pour être aimé de lui. Un amour hors-normes, une héroïne fascinante, émouvante dans ses difficultés pour trouver sa place de peintre, pour sortir de l'ombre de son mari, bouleversante dans son impossibilité à devenir mère. Un roman très bien construit qui monte en intensité pour se terminer sur des chapitres sublimes qui révèlent Diego sous un angle très émouvant. 
Flamboyant !


Citations
" Le problème c'est que Diego veut être aimé du monde entier et du siècle. Moi, je veux être aimée de Diego Rivera."

" Elle aurait aimé connaître Diego dès sa naissance, exister partout en lui. Être sa sœur jumelle. Coloniser ses souvenirs. Comment a-t-il pu vivre sans elle? Respirer ?" 


L'auteure


Claire Berest publie son premier roman Mikado à 27 ans. Suivront deux autres romans : L’Orchestre vide et Bellevue (Stock, 2016) et deux essais : La Lutte des classes, pourquoi j’ai démissionné de l’Éducation nationale et Enfants perdus, enquête à la brigade des mineurs. En 2017, elle écrit Gabriële avec Anne Berest qui fut un grand succès. (Sources : éditeur)





Lus de cette auteure 




pour accéder à ma chronique, cliquer ici





pour accéder à ma chronique, cliquer ici












Aucun commentaire:

Publier un commentaire