jeudi 15 avril 2021

Saint Jacques de Bénédicte Belpois



Date de parution : avril 2021 chez Gallimard

Nombre de pages : 144

A la mort de sa mère, Paloma hérite d'un cahier et d'une maison au pied des montagnes cévenoles. Dans un premier temps elle veut se débarrasser de cet héritage venant d'une femme qui ne l'a jamais aimée mais, sur un coup de tête, elle décide d'abandonner son travail d'infirmière à Paris pour s'installer dans cette maison qu'elle entreprend de restaurer. Centrée sur sa fille et son travail, elle a laissé depuis longtemps sa féminité de côté, mais dans les Cévennes elle va rencontrer Jacques, un entrepreneur de la région. 

Retrouver la plume de Bénédicte Belpois dont le premier roman, Suiza, reste un formidable souvenir de lecture a été un vrai bonheur, j'ai eu le plaisir de retrouver dans ce second roman son univers avec cette histoire toute simple d'une grande beauté. Elle imagine des personnages ordinaires abîmés par la vie qui évoluent dans un coin isolé où la solitude est le lot de chacun dans le décor des Cévennes dont elle sait magnifier la nature. Derrière chacun des personnages on sent l'humanité de la soignante qu'est Bénédicte Belpois, de Paloma infirmière à son amie aide-soignante Liliane et Philippe le médecin. Des personnages très forts  sans oublier la voisine Rose et surtout Camille, la mère de la narratrice bouleversante de lucidité dans ses mots cruels. 

J'ai aimé la construction que Bénédicte Belpois a choisie, elle s'adresse à Jacques dont on comprend tout de suite qu'il lui est arrivé quelque chose de grave. Elle jalonne son récit d'extraits du cahier que lui a laissé sa mère, ces extraits nous font découvrir l'histoire de sa mère, l'histoire d'une lignée de femmes dont les vies en miroir dans leur incapacité à aimer leur enfant nous interpellent. 

Un roman empreint de douceur et de mélancolie dans lequel Bénédicte Belpois parle magnifiquement du désir féminin.

 

Citations

" Je parle l'amour comme une étrangère. Je fais des fautes, je me trompe, on voit bien que ce n'est pas ma langue maternelle "

" On ne naît pas pervers, Paloma, c'est la vie qui vous détruit petit à petit."

 

L'auteure


 

Bénédicte Belpois a passé son enfance en Algérie, elle vit aujourd'hui en Franche-Comté où elle exerce la profession de sage-femme.

 

 

 

 

 

Lu de cette auteure 


 

 

pour accéder à ma chronique, cliquer ici




Aucun commentaire:

Publier un commentaire