mercredi 9 décembre 2015

Le livre des Baltimore de Joël Dicker



Date de parution : septembre 2015 aux Editions de Fallois
Nombre de pages : 450

J'avais beaucoup aimé "La vérité sur l'affaire Harry Québert" que Joël Dicker a publié en 2012 et ai été nettement moins emballée par son nouveau roman.

L'histoire : Marcus Goldman, écrivain américain célèbre, nous raconte l'histoire de sa famille. Le décor est fixé d'emblée : un drame s'est produit dans sa famille en 2004, tout au long du livre il y fait référence en le nommant le Drame.
Marcus évoque sa complicité avec son cousin germain Hillel au physique malingre mais d'une intelligence exceptionnelle. A l'âge de 9 ans, Hillel a rencontré Woody, jeune garçon abandonné par ses parents et qui vit dans un foyer pour enfants difficiles. Woody est tout le contraire de Hillel, très fort il le protège à l'école où Hillel se fait maltraiter par des camarades de classe. Woody est rapidement hébergé par les parents d'Hillel, l'oncle Saul et la tante Anita de Marcus. Hillel et Woody deviennent inséparables et se considèrent comme des frères
Tous trois forment un trio inséparable, le gang des Goldman. A ce trio vient bientôt s'intégrer Scott, un copain d'école atteint de mucoviscidose, puis Alexandra, la sœur de Scott, dont chacun des trois cousins est secrètement amoureux.

Il existe un énorme fossé social entre les parents de Marcus les Montclair et ceux de Hillel les Baltimore, chaque famille est nommée du nom de la ville où elle habite. "Les Baltimore étaient des servis, nous étions des servants"
Saul a extraordinairement réussi et est vénéré par les grands parents de Marcus qui a parfois honte de ses propres parents.
On découvre que c'est une famille où il y a beaucoup de jalousie, de non-dits, de secrets avec en toile de fond la complicité puis la rivalité de Saul et de son frère ainsi que celles que vont reproduire Hillel et son presque frère Woody à la génération suivante.

Tout au long du livre l'auteur nous distille habilement des informations qui nous font nous interroger sur le fameux Drame dont il nous parle depuis le début.

Plus qu'une enquête, comme son précédent livre, c'est une sorte de saga familiale avec une critique de la société de l’apparence.
L'ensemble du livre est construit sans ordre chronologique avec une alternance de chapitres à des époques différentes. Il faut parfois fournir un petit effort pour s'y retrouver.
L'intrigue est intéressante, sans perte de rythme. Par contre, j'ai trouvé le style très quelconque.
Au final, c'est une lecture plaisante, sans plus. Ce livre est loin d'atteindre le niveau de "La vérité sur l'affaire Harry Québert" et ne restera pas longtemps dans ma mémoire.


Citations
"Écrire un livre, c’est comme ouvrir une colonie de vacances. Votre vie, d’ordinaire solitaire et tranquille, est soudain chahutée par une multitude de personnages qui arrivent un jour sans crier gare et viennent chambouler votre existence."

"Beaucoup d'entre nous cherchons à donner un sens à nos vies, mais nos vies n'ont de sens que si nous sommes capables d'accomplir ces trois destinées : aimer, être aimer et savoir pardonner. Le reste n'est que du temps perdu."


L'auteur

Joël Dicker est un écrivain suisse de langue française né en 1985.

Il reçoit le Grand Prix de l'Académie Française et le Goncourt des lycéens pour son deuxième roman "La vérité sur l'affaire Henry Québert" en 2012.






Lu du même auteur




Pour accéder à ma chronique, cliquer ici








23ème contribution au Challenge 1% Rentrée Littéraire 2015






Aucun commentaire:

Publier un commentaire