lundi 5 septembre 2016

Chanson douce de Leïla Slimani


Date de parution : 18 août 2016 chez Gallimard
Nombre de pages : 226

Une nounou d'enfer

La franco marocaine, Leïla Slimani, signe ici son deuxième roman après "Dans le jardin de l'ogre" dans lequel elle décrivait les addictions sexuelles d'une jeune femme. Elle réussit parfaitement le cap du deuxième roman avec cette histoire effrayante pour laquelle il ne faut pas se fier au joli titre qu'elle a choisi.
Les trois premières pages nous plongent immédiatement dans l'horreur : Myriam découvre en rentrant dans son appartement son fils Adam mort, sa fille Mila prête à succomber à ses blessures, ils ont été tués par leur nounou Louise. 

Leïla Slimani remonte le passé et le terrible engrenage qui a mené à ce drame, elle décortique la mécanique de la relation parents-nounou et son évolution au fil des inquiétudes des parents.

Myriam a vite étouffé à la maison après la naissance de leur deuxième enfant Adam, elle s'est sentie dévorée vivante par ses deux enfants. Malgré les réticences de son mari Paul, le couple a décidé de recruter une nounou pour garder leurs deux enfants à leur domicile. Myriam pourra ainsi reprendre son métier d'avocat. 

Recrutée parmi d'autres postulantes, Louise leur semble la personne idéale "Son visage est comme une mer paisible, dont personne ne pourrait soupçonner les abysses.", son recrutement est une évidence... Très vite ils sont convaincus d'avoir déniché la perle rare qui s'occupe à merveille des enfants, range l'appartement, prépare des repas délicieux, une personne qui devient rapidement invisible et indispensable. Insidieusement Louise s'installe dans l'appartement y dormant certains soirs pour leur permettre de sortir. Elle prend très vite une place qui n'est pas la sienne organisant seule la fête d'anniversaire de Mila, met l'appartement "sous son joug"...
Mais le couple est ravi de retrouver de la disponibilité pour leur travail qu'ils adorent tout deux, ils vont même jusqu'à l'amener en vacances avec eux pour mieux profiter de leur temps libre.

L'auteure distille pour le lecteur des éléments inquiétants, des indices du déséquilibre de Louise, évoque son passé, montre sa solitude, sa déprime, sa jalousie...
Bien sûr quelques signes ont inquiété un temps ces parents mal à l'aise dans leur rôle de patrons, ces parents qui n'ont pas toujours su garder la bonne distance. Ils n'ont pas manqué d'être surpris par son immaturité, par certaines obsessions, par certaines réactions de Louise mais les enfants sont tellement attachés à elle et elle leur simplifie tellement la vie! Ils ne se rendent pas compte de la dépendance dans laquelle elle les a entrainés...

Au delà du cas particulier de la nounou, ce roman met en évidence le danger de la folie qui ne se voit pas, le danger de ces gens à l'apparence et au comportement tout à fait normaux qui commettent un jour l'irréparable, des gens qui développent une psychose enfouie et qui décompensent un jour... les faits divers ne manquent pas en ce domaine...

Ce roman secoue énormément, il prend aux tripes.
J'ai trouvé ce roman très fort, bien construit, bien rythmé, tout en détails, impossible à lâcher avec une montée en tension très réussie. L'écriture est directe et percutante. 
C'est une sorte de thriller social avec la lutte des classes en toile de fond.
A déconseiller aux jeunes parents qui confient leurs enfants à une nounou...
J'avais déjà beaucoup aimé son premier roman, elle confirme ici son talent.

Je ne serai pas surprise qu'il figure dans quelques listes des prix littéraires de la rentrée.


Citations
"En devenant père, il a acquis des principes et des certitudes, ce qu'il s'était juré de ne jamais avoir. Sa générosité est devenue relative. Ses engouements ont tiédi. Son univers s'est rétréci. "

"Comprenez-vous, Monsieur, comprenez-vous ce que cela signifie quand on n'a plus où aller?, car il faut que tout homme puisse aller quelque part." Dostoïevski- Crime et châtiment. 


L'auteur
Leïla Slimani est une journaliste et écrivain franco-marocaine née en 1981. Diplômée de l'Institut d'études politiques de Paris, elle s'essaie au métier de comédienne (Cours Florent), puis se forme aux médias à l'École supérieure de commerce de Paris. Elle est engagée au magazine Jeune Afrique en 2008 et y traite des sujets touchant à l'Afrique du Nord.

En 2014, elle publie son premier roman chez Gallimard, "Dans le jardin de l'ogre". Le sujet (l'addiction sexuelle féminine) et l'écriture sont remarqués par la critique et l'ouvrage est sélectionné  pour le Prix de Flore 2014.











Catégorie SPECTACLE


Lu du même auteur













11ème participation au Challenge Rentrée Littéraire 2016


12 commentaires:

  1. Réponses
    1. Et comme nous partageons souvent le même avis tu devrais apprécier!

      Supprimer
  2. Je n'ai toujours pas découvert cet auteur ( et un de plus!)

    RépondreSupprimer
  3. Je ne connais pas du tout cette auteure ! Tu en parles bien, on a envie de la découvrir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle a vraiment beaucoup de talent, tu devrais aimer...

      Supprimer
  4. Je suis dedans en ce moment et je sens la montée en puissance ... mais jusqu'où ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Montée en puissance constante qui nous tient en haleine bien qu'on connaisse dès le départ le dénouement. Une sacrée réussite.
      Je guette ton avis...

      Supprimer
  5. Je pense quand même le lire par curiosité, mais j'avais été déçue par son premier roman...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela dépend pourquoi tu n'avais pas aimé, l'histoire? l'écriture?
      Ici j'ai trouvé à la fois l'histoire très bien construite et l'écriture très percutante...

      Supprimer
  6. J'ai décidément très très envie de le découvrir... Cette rentrée littéraire me tourne la tête!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de panique c'est tous les ans pareil...
      En tout cas ce livre là est un incontournable de cette rentrée!

      Supprimer