jeudi 29 septembre 2016

Sous la vague d'Anne Percin



Date de parution : août 2016 aux éditions du Rouergue
Nombre de pages : 199

J'ai choisi ce livre pour découvrir son auteure Anne Percin dont je n'avais encore rien lu.

Bertrand Berger-Lafitte est l'héritier d’une prestigieuse propriété de cognac, il est également actionnaire et directeur général de son l'entreprise.

Le tsunami de 2011 au Japon va entrainer l'entreprise Berger-Lafitte dans une importante tourmente financière car elle exporte essentiellement vers ce pays.
Bertrand accumule les désagréments car son ex-femme devient la maîtresse de l'investisseur principal de la société, tous deux fomentent le projet de le déchoir de son rang de directeur général. Sa fille Olivia tombe enceinte de l'un de ses ouvriers, syndicaliste, et les ouvriers menacent de se mettre en grève. Bertrand est mal à l'aise avec sa fille "être le père d'une fille lui avait toujours semble être un miracle en même temps qu'un défi" et nostalgique de l'enfance d'Olivia qui est devenue une jeune femme frivole.

Bertrand réagit avec un calme tout à fait déroutant alors que sa vie part en lambeaux.
Il s'occupe d'un faon blessé une nuit par son chauffeur Eddy, pendant les réunions de travail il s'évade dans la contemplation des estampes japonaises accrochées au mur...
Il trouve le réconfort auprès du faon qu'il prénomme Bambi, il est beaucoup question d'animaux dans ce roman, on va croiser une corneille coincée dans le conduit de cheminée, une chatte et sa portée, le chien de son ex-femme qui disparait et même le Roi lion...


J'ai trouvé ce roman au départ très déroutant, je ne comprenais vraiment pas où l'auteure voulait en venir... des personnages caricaturaux, un récit assez saugrenu parsemé de rêves et de cauchemars... un étrange chauffeur Eddy, véritable colosse, tatoué, affublé de  grosses bagues et consommateur de cannabis et qui fait preuve d'une rare impertinence, un personnage dont Anne Percin réalise un portrait très réussi.

J'y ai vu une satire sociale, une sorte de fable qui oppose le monde animal et le monde de l'entreprise. Même si ce récit est plein d'humour, que son ton décalé et léger cache des réflexions plus profondes sur notre monde contemporain qu'il n'y parait, je ne pense pas que ce roman soit  le meilleur pour découvrir cette auteure.
L'écriture est fluide, certaines situations sont assez cocasses, le permanent détachement de Bertrand par rapport aux différentes situations dans lesquelles il se retrouve est surprenant. Un livre original qui cependant ne m'a pas convaincue et ne me laissera pas beaucoup de traces.



Citations
"Le mariage, c'est bien connu,  aiguise l'esprit mais émousse le corps."

"Habiter la Charente et ne pas boire, c'est un suicide social."

"Le chaos est un état qui ne peut pas durer."


L'auteur

Anne Percin, née en 1970, est auteure et enseignante.
Elle a publié "Point de Côté", son premier roman, en 2006 et poursuit son métier de professeur en parallèle.
Ses romans pour la jeunesse (principalement pour grands adolescents) développent les thèmes de la solitude, de la différence et de l'exclusion.
Après des années dans la banlieue de Strasbourg puis de Paris, elle choisit de vivre désormais dans un village du sud de la Bourgogne où elle enseigne.




Merci à Babélio pour l'envoi de ce titre en Masse critique






23ème participation au Challenge Rentrée Littéraire 2016








Aucun commentaire:

Publier un commentaire