samedi 28 janvier 2017

La vitesse sur la peau de Fanny Chiarello


Date de parution : septembre 2016 aux éditions du Rouergue
Nombre de pages : 170

Dans ce récit, Elina, 14 ans, s'adresse à sa mère décédée dans un accident de la circulation alors qu'elle circulait à vélo. 

Après la mort de sa mère Elina  ne veut pas parler, elle a perdu tout intérêt à la vie et trouve refuge dans le silence végétal du jardin des plantes où elle se réfugie tous les jours en sortant du collège. Elle dépérit en silence sans pouvoir verser une larme pendant un an. Les efforts de son père, de la compagne de son père et de sa grand-mère adorée n'y peuvent rien. Elle ne s'accorde pas le droit de sourire, de rire comme elle le faisait avec sa mère dont elle était très complice.

Au bout d'un an elle rencontre dans le parc Violette, une femme en fauteuil roulant, qui semble lire dans ses pensées. Elina imagine que sa mère tente de lui parler, de rentrer en contact avec elle à travers cette femme. Elles prennent l'habitude de se retrouver dans le parc et Violette, ancienne marathonienne,  devient une sorte de coatch sportif pour Elina qui s'est mise à courir de façon effrénée toujours dans le sens inverse des aiguilles d'une montre comme pour remonter le temps...

Un jour le miracle se produit, Elina reparle enfin mais qui est vraiment Violette? Impossible d'en dire plus...

Ce roman est classé en littérature ado mais, selon moi, il peut s'adresser à tout public. 
Le sujet est triste voire poignant, la personnalité d'Elina est bien fouillée et de l'optimisme se dégage de la belle relation entre Elina et sa grand mère. J'ai bien aimé ce roman qui ne peut qu'émouvoir même si certains dialogues m'ont semblé sonner faux dans la bouche d'une jeune fille de 14 ans notamment lors de certains échanges philosophiques.


Citations
" La douleur, c'est le danger, quand on est en vie."

" Tu as le droit de vivre, tu en as le devoir."


L'auteur

Fanny Chiarello est une romancière française née en 1974.
En 2000, son premier roman, "Si encore l'amour durait, je dis pas", est sélectionné pour le Prix de Flore.
Elle reçoit le grand prix orange du livre 2015 pour "Dans son propre rôle".




Lu du même auteur



pour accéder à ma chronique, cliquer ici 









56ème participation au Challenge Rentrée Littéraire 2016



2 commentaires:

  1. Réponses
    1. Il est très beau mais je n'ai pas pu dévoiler l'essentiel du sujet qui est magnifique.

      Supprimer