samedi 3 février 2018

Eparse de Lisa Balavoine


Date de parution : janvier 2018 aux Editions J.C. Lattès
Nombre de pages : 208 

Voilà un premier roman qui enflamme la blogosphère en ce moment, je l'ai également adoré mais j'ai eu beaucoup de mal à en rédiger la chronique tellement il est particulier.

Dans ce livre autobiographique, Lisa Balavoine, la quarantaine, divorcée, trois enfants, dresse une sorte de bilan de sa vie.
Elle évoque le divorce de ses parents, la petite fille seule et triste qu'elle ressent recroquevillée à l'intérieur d'elle-même, et résume sa blessure dans cette phrase : " Je n'ai aucun souvenir de mes parents ensemble." qui n'est pas sans rappeler les propos de Sophie Lemp  dans son livre "Leur séparation"...  Elle parle des dérives de sa mère, de son incapacité à la comprendre et de leur relation manquée, des défenses qu'elle a du édifier "j'ai bâti des murs autour des carences, édifié des remparts autour des douleurs"
Elle évoque la douleur de la fin de son couple "La meurtrissure est profonde lorsque l'histoire s'arrête, que la fin soit écrite par l'un ou par l'autre " ,  "Il faudrait laisser partir, quand il est temps, l'espoir fou d'un amour constant ", et confie son impression d'osciller entre les pleins et les vides en ayant ses enfants une semaine sur deux. Elle définit également en quelques mots ses insuffisances dans ses relations amicales "personnellement, je ne sais pas si je me serais choisie comme amie"...

Mais l'originalité de ce livre tient à la forme que l'auteur a adoptée. Elle emploie des phrases ultra courtes imprimant un rythme saccadé à son récit, après avoir été assez surprise par son style je me suis laissée embarquée par son récit fait de listes entrecoupées de paroles de chansons et de bons mots de ses enfants que j'ai ressenti comme des respirations dans son récit qui parfois donne le vertige. Et cerise sur le gâteau, elle invente des nouveaux mots dont elle nous donne les définitions toutes plus savoureuses les unes que les autres...

" Des listes, de la musique et des histoires d'amour ratées. Un bon résumé de ma vie"

Quelques exemples de listes : une liste (tellement vraie) des conseils entendus pour trouver un conjoint, une liste "on ne m'avait pas dit"... face au comportement de sa fille de quinze ans, une liste très drôle des arguments pour et contre la vie commune...

Quelques exemples de mots inventés :
Archéolovie (n.f.) : Étude approfondie d’histoires d’amour anciennes reposant sur la collecte de leurs traces sensibles et de leurs preuves matérielles.
Exclusivisme (n.m.) : droit imaginaire que l’on s’octroie de posséder l’amour exclusif de quelqu’un que l’on aime à l’exclusivité de tout autre.
Mélancollection (n.f.) : ensemble de données tangibles qui, accumulées, constituent le terreau fécond d’une tristesse ressentie de manière régulière et douloureuse. 

Dans ce roman au titre tout à fait approprié, Lisa Balavoine nous confesse de façon éparpillée ses souvenirs, ses pensées, ses désillusions pour établir son bilan de milieu de vie, le tout sans ordre logique. Son mal être, sa nostalgie transpirent dans son récit, camouflés sous une belle dose d'humour et d'autodérision. Elle se met à nu, ne s'épargne pas. Elle nous livre le regard qu'elle porte sur sa vie dans un témoignage qui devient portrait d'une génération "gens de quarante ans, des enfants au bout des bras, des existences cabossées, des plaies mal refermées" mais qui parlera à chaque lecteur ou lectrice quelque soit son âge tellement c'est criant de vérité. Un livre original, audacieux, inventif qui m'a beaucoup évoqué Quand le diable sortit de la salle de bain de Sophie Divry. Un "objet littéraire non identifié", sorte d'OVNI littéraire qui fait un bien fou.  Voici une auteur à l'avenir très prometteur.

Merci à NetGalley et aux éditions J.C. Lattès pour cette lecture.







Citations
" Quand j’ai gagné le premier prix à un concours de lettres d’amour, la mienne était remplie de mots écrits pour personne."

" Des amis, ça tient la main quand on a mal, ça sait s'effacer quand tout va bien. "

" Après une énième conversation téléphonique ressemblant à toutes les précédentes, j'ai dit à ma mère que, dans l'éventualité de son décès, je ne pouvais pas lui assurer que je serais triste."

" Les amours se suivent. Mais dans l'entre-deux, l'attente peut sembler longue."


L'auteur



Lisa Balavoine vit et travaille à Amiens comme professeur-documentaliste.
Eparse est son premier roman, des extraits ont été publiés dans la revue Décapage.







9ème participation au challenge rentrée littéraire 2018 organisé par Bea Comete








1ère lecture de la sélection d’automne des 68 premières fois












Catégorie MOT UNIQUE

10 commentaires:

  1. Lorsque j'ai lu le résumé il y a de cela quelques temps, j'ai hésité à me lancer dans la lecture de ce premier roman.Mais ta chronique m'a convaincue. Il rejoint donc ma PAL.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis ravie de t'avoir convaincue !!! Ce roman et cette auteur méritent vraiment d'être découverts.

      Supprimer
  2. Comme Karine, tu m’as convaincue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment ça, tu ne l'as pas encore lu ???

      Supprimer
  3. Je lis des critiques élogieuses partout sur ce livre, je tourne auto, je tourne autour, je me tâte, j’ai peur d’être déçue .... je me sens irrésistiblement attirée par lui et ta chronIque enfonce le clou .... je vais craquer ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un conseil lis le tout de suite avant de lire des multitudes de chroniques élogieuses et du coup d'en attendre trop et de risquer d'être déçue...

      Supprimer
    2. Voilà, je l'ai lu, aucune déception, c'est un gros coup de coeur ... Je viens de le chroniquer !

      Supprimer
    3. Super ! Il semble faire l'unanimité ce roman...

      Supprimer
  4. J'ai aussi été tentée par la blog et j'ai beaucoup aimé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le livre le plus original de cette rentrée !!!

      Supprimer