dimanche 4 février 2018

Ne préfère pas le sang à l'eau de Céline Lapertot

Date de parution : 11 janvier 2018 aux Éditions Viviane Hamy
Nombre de pages : 152

"Ne préfère pas le sang à l'eau. La vie, c'est gratuit. Ne fais pas couler le sang pour ce qui doit être partagé par toute l'humanité."

J'ai découvert Céline Lapertot avec son bouleversant "Et je prendrai tout ce qu'il y a à prendre" et j'ai assisté à une magnifique lecture-chant de son deuxième roman "Des femmes dansent sous les bombes" au festival Livres à vous à Voiron en 2016, j'ai donc tout naturellement eu envie de lire son nouveau roman mais je ne m'attendais pas à un tel choc.

"Ne préfère pas le sang à l'eau" m'a emportée dès les premières pages par la force de son sujet et par la puissance de l'écriture de Céline.

L'histoire se déroule dans un pays imaginaire, Cartimandua, à une époque contemporaine non précisée où la raréfaction de l'eau entraine des mouvements migratoires. "Certains êtres humains sont capables de parcourir des milliers de kilomètres, d'embrasser les saisons et les climats, entassés dans leurs habits de fortune, pour boire. Simplement boire". " Passer son index sur la pointe de ses lèvres, pour recueillir la dernière goutte, la plus luxueuse d'entre toutes, celle qui te caresse la peau sans aucune autre volonté que de t'accorder la volupté de la vie."

Céline Lapertot nous raconte l'histoire de Karole, une petite fille en marche avec ses parents et une partie de son peuple "les nez-verts" à la recherche de l'Eldorado dans un pays voisin qui a la chance de posséder une immense Citerne qui met ses habitants à l'abri de la soif en alimentant en eau courante une grande partie de la ville. Mais l'homme n'est pas partageur et l'arrivée massive des "nez-verts" est vécue comme une menace et, un jour, la Grande Citerne explose entraînant un tsunami et marquant la fin de la démocratie avec l'arrivée au pouvoir d'un tyran, un tyran qui ne veut pas partager son eau. 

C'est la fin de la démocratie, un tyran est au pouvoir et la résistance s'organise et Céline Lapertot nous fait suivre le destin de Thiégo enfermé dans un pénitencier. Thiégo, fort de l'éducation que lui a donnée sa mère, taguait les murs de slogans, de poèmes, avec ses mots comme seule arme. Un homme qui "donnait corps à des hommes oubliés en publiant leur portrait chaque fois qu'un de ces anonymes était envoyé au pénitencier". Thiégo, comme tous les autres prisonniers, a pour seule occupation de compter les briques de sa minuscule  cellule de grisaille et de tenter d'apercevoir le ciel au travers des barreaux. Comme ses compagnons il doit se contenter d'un demi-verre trois fois par jour.

Ce roman est une sorte de fable ou de roman d'anticipation qui résonne complètement avec l'actualité, beaucoup de sang sera répandu avant qu'on comprenne que l'eau se partage. La soif, la quête de l'eau traversent le récit, des nez verts aux prisonniers assoiffés pour les maintenir dans une léthargie qui les empêche de se révolter. J'ai retrouvé l'écriture très puissante et magnifiquement poétique de Céline Lapertot dans ce roman où elle campe de nombreux personnages magnifiques, des héros, des traîtres, une mère qui pressent la catastrophe annoncée...
Il ne faut pas se fier au faible nombre de pages de ce roman car c'est une lecture exigeante et dense qui offre une multitude de sujets de réflexion, l'immigration, l'intolérance, la montée des extrémismes, la défense de la démocratie et de la liberté, le pouvoir des mots... Il se lit avec un gros paquet de post-it près de soi, tellement les phrases sont fortes. Un roman étonnant qui se savoure et que, pour ma part, j'ai lu lentement pour que rien ne m'échappe. Un vrai coup de poing et un cri d'alarme...

Ce roman est en lice pour le prix des libraires 2018 et a fait partie de la première sélection du prix RTL-Lire 2018.

Citations
" Les livres, ces garnisons de mots qui nous préservent du vide, à l'heure où tant de faux prophètes brûlent les pensées qui les dérangent et attaquent au disque à découper les sites les plus anciens de l'humanité. Les livres pour toujours, les formats poche qui ont la taille des briques de ma cellule."

" C'est comme ça que les nez-verts se lèvent, relèvent le nez de leur poussière, cette poussière que pourtant ils aimaient, pour marcher, encore et encore, là où la pluie danse avec les êtres."

" Ça te stupéfie, un adulte mort. Mais un enfant, ça te désespère. Jusqu'à la fin de ta vie."

" Elle avait juste soif. Elle a bu pour l'éternité."

" La soif nous rend nécessiteux, il n'y a pas plus envahisseur que celui qui vient en demandant qu'on lui règle le prix de la vie."


L'auteur


Céline Lapertot est professeur de français à Strasbourg. Depuis l’âge de 9 ans, elle ne cesse d’écrire. Après Et je prendrai tout ce qu’il a à prendre et Des femmes qui dansent sous les bombes - plébiscités aussi bien par les lecteurs que par les médias tels que Télérama ou Le Nouvel Observateur -, Ne préfère pas le sang à l’eau, son nouveau roman, a paru le 11 janvier 2018. (Sources : Éditeur)





Lu du même auteur













10ème participation au challenge rentrée littéraire 2018 organisé par Bea Comete









10 commentaires:

  1. Lu plusieurs commentaires allant dans ton sens, donc à découvrir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai encore vu passer aucune chronique sur ce livre mais je pense qu'on va en entendre parler dans les semaines qui viennent !

      Supprimer
  2. Encore une auteure que je ne connais pas mais qui a l'air de vraiment valoir d'être lue.Et me revoilà avec une PAL qui augmente...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les PAL sont faites pour augmenter, tu le sais bien Karine !!!
      Oui, Céline Lapertot est, selon moi, une auteur à découvrir, tu ne devrais pas être déçue...

      Supprimer
  3. Il me tente beaucoup celui-là. Par son thème et par son écriture, au vu des quelques pages que j'ai pu lire en le feuilletant en librairie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai trouvé d'une force inouïe...

      Supprimer
  4. Effectivement, encore un coup de coeur que j'ai envie de découvrir !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joëlle R?
      Merci pour cette empreinte laissée sur mon blog...
      C'est vraiment un roman à nul autre pareil et je suis certaine qu'il va me marquer durablement.
      Bonne lecture et à bientôt !

      Supprimer
  5. Je suis très tentée moi aussi... Merci pour cette découverte!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis vraiment ravie de contribuer à faire connaître ce livre...

      Supprimer