mercredi 9 mai 2018

Cette nuit de Joachim Schnerf


Date de parution : janvier 2018 chez Zulma
Nombre de pages : 145

"Pourquoi cette nuit est-elle différente des autres nuits?"

Nous sommes le matin de Pessah, la Pâque juive. Salomon, le narrateur, est un vieil homme qui s’apprête à célébrer cette fête chère à sa communauté en réunissant sa famille, mais pour la première fois cette fête se fera sans sa femme Sarah, décédée quelques mois plus tôt.

Le vieil homme imagine la fête qui va se dérouler cette nuit mais les images du passé resurgissent également dans son esprit, il se souvient de son mariage avec Sarah, de son angoisse devant sa future paternité et de toutes les fêtes de Pâque célébrées en famille dans une ambiance électrique. En effet, la famille de Salomon est assez atypique, sa fille cadette Michelle a un caractère insupportable, elle est perpétuellement en colère contre tout le monde, contre son mari Patrick hyper émotif et hypocondriaque, contre ses deux enfants, contre sa sœur aînée Denise, mariée à Pinhas, un homme fantasque qui raconte avoir construit un palais pour le roi du Maroc... Denise noie dans l'alcool l'angoisse qu'elle éprouve à chaque fois qu'elle doit côtoyer sa sœur. "Les verres d'alcool de Denise répondaient aux cris de Michelle". Les cris et les empoignades accompagnent chacune de leurs réunions de famille. L'auteur aborde avec beaucoup de justesse les relations humaines au sein d'une famille assez excentrique. 

Rescapé des camps, Salomon conjure les images du passé en pratiquant ce qu'il appelle "l'humour concentrationnaire", abreuvant sa famille de blagues lors des réunions familiales et amusant ses amis au Café-Shoah avec des calembours au goût douteux. Ce patriarche, rescapé des camps, pratique le rire pour survivre à l'horreur qu'il a vécue. Un humour qui l'abandonne maintenant qu'il est face à la perte de sa femme " A la perte de l'humanité a succédé la perte de l'amour... Comment traverser ce désert sans toi?" 

Ce court roman est une histoire de famille, de mémoire, d'amour et surtout de deuil. Deuil à la fois d'une Histoire " Est-il seulement possible de faire le deuil d’une plaie mémorielle?" mais aussi deuil de la femme aimée. L'écriture est fine et poétique pour parler de Sarah à qui il offre une belle déclaration d'amour "Ces paumes qu'il nous était impossible de décoller, bâties l'une pour l'autre. Comme une roche épouse l'eau qui la lèche chaque jour.", " Sarah que j'ai aimée chaque jour davantage depuis notre rencontre, un amour façonné au rythme des rides se creusant, gravé dans nos chairs comme un sillon qui prolonge le regard". Le ton est à la fois intimiste et cinématographique, on visualise les personnages, on les entend se chamailler, on vit avec eux les rituels de la Pâque juive tellement on se sent immergés dans l'intimité de cette famille... 
Avec le deuil l'auteur aborde un sujet triste et grave mais l'humour parfois grinçant qu'il prête à son personnage principal, le comportement à la limite de la caricature de certains membres de la famille apportent de la légèreté au récit qui prend parfois un air de comédie. Même s'il force parfois le trait, l'ensemble sonne juste. Aborder des sujets particulièrement graves en y mêlant tant de drôlerie voilà toute l'originalité de ce très beau texte..
Ce roman est un condensé d'émotions, un très joli récit mélancolique, tendre, drôle et émouvant. C'est aussi un récit sur la transmission car la soirée de Pessah, en commémorant la sortie d'Egypte du peuple juif, est la nuit de la transmission de l'histoire de leur peuple aux plus jeunes. A la lecture de ce très beau roman j'ai beaucoup appris sur les rites de la Pâque juive que je ne connaissais pas.

Ce roman fait partie des six finalistes du prix Orange.


Citations
" Un humour vêtu de noir m'a épaulé puis abandonné devant cette nouvelle tragédie : à la perte de l'humanité a succédé la perte de l'amour"

" Elle avait ri jusqu'à ses derniers instants... Nous avions gloussé ensemble, main dans la main; en larmes. Puis l'infirmière avait séparé nos doigts"


L'auteur


Joachim Schnerf est né en 1987 à Strasbourg. Il vit actuellement à Paris où il est éditeur de littérature étrangère. Après Mon sang à l’étude, son premier roman paru aux Éditions de l’Olivier, il nous plonge avec Cette nuit dans l’intimité d’une famille, tendue sur le fil de la mémoire d’un homme au soir de sa vie. Un roman d’une grande sensibilité. (Sources : Éditeur)






37ème participation au challenge rentrée littéraire 2018 organisé par Bea Comete


2 commentaires:

  1. Je n'avais jamais entendu parler de ce roman mais ta chronique est si dithyrambique qu'elle ne peut que convaincre! Bonne journée à toi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était un coup de cœur d'un de mes libraires favoris, ensuite il a été sélectionné dans la dernière liste du prix Orange... C'est comme ça que je suis arrivée à le lire et je ne le regrette vraiment pas. C'est pour l'instant mon favori pour Orange !
      Bonne journée de repos Karine!

      Supprimer