mardi 29 mai 2018

Où passe l'aiguille de Véronique Mougin


Date de parution : janvier 2018 chez Flammarion
Nombre de pages : 458

S'inspirant des souvenirs de son cousin, Véronique Mougin nous raconte la déportation des juifs hongrois vue par les yeux de Tomas, dit Tomi, un ado de 14 ans en révolte contre sa famille. Tomas refuse de devenir tailleur comme son père, il veut devenir plombier. Tomas est en colère contre sa famille et sa communauté depuis qu'il a découvert un secret de famille. Alors que pour son père le métier de tailleur pour homme est le plus beau métier du monde, pour Tomas il s'agit d'un métier synonyme de soumission, en effet il voit trop souvent son père à genoux devant ses clients pour prendre leurs mesures pour leur confectionner des costumes gris.

Nous sommes en Hongrie en 1944. Juif peu croyant, Tomi se retrouve en camp de concentration avec ses parents et son jeune frère après avoir été entassés dans un ghetto. Malheureusement un jour, il est séparé de sa mère et de son frère. Dans le camp, il découvre que les juifs sont au bas de l'échelle des prisonniers avec les homosexuels. "Nous ne sommes pas des ouvriers, nous sommes des outils; quand l'un casse il est jeté" , il devient le matricule 55789. "La honte est sur nous tous, tant de honte et si peu de tissu pour la cacher".

En camp il échappe aux durs travaux de terrassement en se faisant passer pour un tailleur, c'est pour lui le seul moyen de survivre, il répare les tenues des prisonniers et sauve ainsi sa vie au chaud dans l'atelier apprenant peu à peu le métier alors qu'il ne savait pas enfiler une aiguille.

En 1946, libéré avec son père, il retourne dans son village mais il n'a plus de famille, plus de maison,  plus de pays.  "Que des souvenirs et c'était la pire des choses à garder, les souvenirs". Il rejoint alors Paris avec son père et y découvre la liberté d'être juif. En pleine période de renouveau de la mode, il choisit d'habiller la femme dans cette ville paradis des couturiers et intègre le monde de la haute couture.

J'ai aimé la construction de ce roman constitué de chapitres dans lesquels Tomi raconte ses souvenirs, alternant avec des chapitres en italique dans lesquels un membre de son entourage prend la parole. Saupoudré de petites touches d'humour et de réflexions enfantines, Véronique Mougin nous offre un roman au ton juste, jamais niais. L'intérêt de ce roman inspiré de la vie de son cousin est de nous montrer la déportation vue par le regard d'un adolescent. L'auteure développe les relations de Tomi avec son père avant la guerre, dans les camps, puis après la guerre, l'adolescent est souvent agacé par les conseils de son père mais très attaché à ce seul parent qui lui reste. Tomi est un héros qui n'est pas dans la plainte, c'est un jeune homme puis un homme fort d'un bel appétit de vivre et de créer qui, pour survivre, a choisi délibérément d'oublier et de se réfugier dans le silence. Les cauchemars ne le lâchent jamais, par contre il n'est jamais pas assailli de visions de guerre quand il coud. J'ai beaucoup aimé ce roman malgré les quelques longueurs que j'ai pu déplorer, il nous montre l'importance de la couture pour le peuple juif, l'importance de la transmission. 


Citations
" Je ne m'étonne plus de rien ici. C'est ce qui s'en va en premier après l'espoir, l'étonnement."

" Réparer c'est résister et résister encore, le temps qu'il faut."

" Nous ne sommes jamais d'accord avec mon père. Les souvenirs me brûlent, ils le réchauffent."

" Comme tous les défunts vous auriez dû être couvertes, une tunique toute simple mais fermée bien comme il faut, close à grands points des deux côtés avec du fil solide, alors vous auriez pu partir tranquilles et laisser vivre les endeuillés - vous en haut nous en bas, chacun chez soi."


L'auteure


Véronique Mougin est née en 1977. Journaliste, elle a écrit plusieurs essais dont J'habite en bas de chez vous (avec Brigitte, Oh Éditions, 2007) et son premier roman Pour vous servir (Flammarion, 2015) qui a rencontré un grand succès. (Sources : Éditeur)







42ème participation au challenge rentrée littéraire 2018 organisé par Bea Comete




Catégorie ART

2 commentaires:

  1. Merci de tes si nombreuses lectures ��

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi pour tes passages sur mon blog...

      Supprimer