mardi 29 mars 2016

Tout ce qu'on ne s'est jamais dit de Céleste Ng




Date de parution : mars 2016 chez Sonatine
Nombre de pages : 277

Vivre sous le poids des rêves de ses parents 

Ce premier roman de Céleste Ng a eu un très gros succès au Etats-Unis en 2014.

"Lydia est morte. Mais ils ne le savent pas encore", nous sommes en 1977 et Lydia avait 16 ans.
Retrouvée noyée dans le lac proche du domicile de ses parents dans une petite ville de l'Ohio, il est impossible de déterminer s'il s'agit d'un suicide, d'un meurtre ou d'un accident. Elle s'est noyée de nuit, que faisait-elle dehors en pleine nuit, elle qui ne savait pas nager?

Ce n'est pas l'enquête policière qui va être au cœur de ce roman mais la famille de Lydia. Classé dans les polars, ce roman est plutôt pour moi un roman psychologique.
Le récit va être régulièrement entrecoupé de flash back pour nous raconter Lydia et sa famille. Son père James, d'origine chinoise, enseigne l'histoire des US à l'université, une manière pour lui de s'intégrer dans la société américaine.

Marilyn, la mère, cherche par tous les moyens à se distinguer, à avoir une autre vie que sa propre mère qui a mené une "vie triste et vide" de parfaite maîtresse de maison dont l'ultime ambition était de "tenir sa maison ", "Mari, enfants, maison, avec pour seule mission de maintenir le tout en ordre", sa mère enseignait les cours d'éducation ménagère.

Le mariage de Marylin avec un homme différent par ses origines va marquer sa rupture avec sa mère. A sa mort Marilyn se promettra de ne jamais finir comme elle et tentera de renouer avec son ambition de jeunesse : devenir médecin, objectif qu’elle avait abandonnée suite à son mariage. 

James et Marylin ont 3 enfants, Nath, Lydia et Hannah. C'est une famille sans amis qui vit en vase clos. Le frère ainé Nath est prêt à quitter la maison pour intégrer Harvard et Hannah, la jeune sœur de Lydia, âgée de 11 ans lors de la mort de sa sœur est particulièrement émouvante, complètement délaissée par sa famille, douée d'un sens de l'observation peu ordinaire et en quête constante d'affection et d'attention.  

Ce livre est l'histoire de parents qui transfèrent leurs rêves non accomplis sur leurs enfants, rêve d'intégration, rêve de se fondre dans la masse, de ne plus être vu comme différents, d'avoir des amis pour le père et rêve d'émancipation par la réussite scolaire puis professionnelle pour la mère.

Lydia, la préférée de James et de Marylin, va être le centre de l'univers de ses parents, le centre de tous leurs espoirs et de leurs exigences "Tout tournait en orbite autour d'elle", "Elle absorbe les rêves de ses parents". On va comprendre peu à peu pourquoi Lydia est prête à tout accepter en particulier de sa mère. Lydia va donc vivre tiraillée entre les exigences de ses deux parents : avoir des amis,  avoir de bonnes notes... 

C'est une famille qui vit au milieu de non-dits, de malentendus, une famille où on n'arrive pas à communiquer et où, par exemple, chacun va complètement s'isoler, s'enfermer dans sa douleur après le décès de Lydia. 

Ce premier roman tout en finesse est une très belle réussite, c'est un roman psychologique où la recherche de la vérité sur la mort de Lydia est remplie de suspense. L'auteur nous happe immédiatement avec cette histoire de famille, excelle dans l'expression des sentiments de chacun des personnages tous très bien campés et restitue à merveille l'atmosphère de racisme quotidien de l'Amérique de cette époque. 
Magnifique récit sur la différence et sur le poids des pressions familiales.
A lire absolument !

Les avis très enthousiastes de Nicole et de Clara


Citations
" Toute leur vie, Nath avait compris, mieux que personne, le lexique de leur famille, les choses qu'ils ne pouvaient jamais vraiment expliquer aux gens de l'extérieur : qu'un livre ou une robe n'étaient pas simplement quelque chose à lire ou à porter; que l'attention était accompagnée d'attentes qui - comme la neige - s'abattaient et s'accumulaient et vous broyaient sous leur poids."

" Enfin un cadeau qui en était un, pas un livre, quelque chose qu'elle voulait, pas quelque chose qu'ils voulaient pour elle. "

L'auteur 



Celeste Ng vit dans le Massachusetts. "Tout ce qu’on ne s’est jamais dit" est son premier roman.








22eme contribution au Challenge Rentrée Hiver 2016 organisé par Laure de MicMelo


dans la catégorie PHRASE

6 commentaires:

  1. J'espère qu'elle ne va pas s'arrêter en si bon chemin et vivement le prochain !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vivement le prochain en effet mais... j'ai lu quelque part qu'elle avait mis 6 ans pour écrire celui là, il va peut-être nous falloir être patientes

      Supprimer
  2. D'accord avec vous les filles, j'attends avec curiosité et intérêt son prochain opus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle belle découverte! Une auteure de plus à suivre...

      Supprimer
  3. Ce n'est pas le premier billet élogieux que je lis sur ce roman. Je le retiens, donc...

    RépondreSupprimer