jeudi 19 mai 2016

Branques d'Alexandra Fritz


Date de parution :  février 2016 chez Grasset
Nombre de pages :160

Hallucinante plongée dans l'univers psychiatrique

Ce roman nous plonge au cœur de la vie d'un hôpital psychiatrique, "un univers artificiel aux relents de tabac froid et de produits de collectivité" en suivant le parcours de deux femmes et de deux hommes. L'auteur, au fil des chapitres, nous fait entendre en alternance la voix de ces quatre personnages.
Dans cet hôpital se côtoient à la fois des personnes internées depuis longtemps et d'autres qui y font un bref séjour.


L'auteur nous retranscrit parfaitement l'atmosphère qui règne dans cet établissement la succession de faits minuscules qui constituent la vie psychiatrique, les rares permissions de sortie qui se terminent au PMU, les psychotropes qui abrutissent et qui font grossir, les obsessions sexuelles de certains, les repères dans le temps qu'il faut se créer pour survivre à l'enfermement, "Comme tant de rescapés de camps l'ont rapporté, il est indispensable pour survivre à l'enfermement de savoir où l'on en est dans le temps, Un humain illustrera son intelligence dans la création d'un système de repères de fortune, sa survie psychologique en dépend, son humanité toute entière", l'obsession du temps qui passe et du temps qu'il fait..."On attend. On dort. On fume. Cela peut paraitre dérisoire, mais on se dit qu'il faut tenir. Pourquoi? Parce qu'il faut. " 

Le sujet est intéressant mais le style est franchement surprenant, déstabilisant. L'écriture est, par moments, complètement déstructurée, confuse avec de longues phrases sans fin, comme une sorte de délire, de logorrhée qui m'ont donné plus d'une fois envie d'abandonner la lecture. Je ne regrette absolument pas d'être aller au bout de ce roman car il véhicule malgré tout des idées très fortes sur la maladie mentale et comporte de magnifiques phrases. En conclusion, décousu mais très fort.


Citations
"Il y a tellement de détails sur moi que j'aimerai connaitre. Il va falloir que je me devine, que je me cherche, que je me laisse guider surtout. Que j'abaisse enfin cette herse qui se tient en suspension au-dessus de mes sentiments, qu'elle s'écrase dans le sol, les pointes bien enfoncées. Qu'elle déchire mon trouble si je veux pouvoir l'étudier."


L'auteur



Alexandra Fritz, 37 ans, est animatrice culturelle et bibliothécaire.









Merci à NetGalley et aux éditions Grasset pour cette lecture






35ème contribution au Challenge Rentrée Hiver 2016 organisé par Laure de MicMelo

11ème lecture parmi les vingt premiers romans sélectionnés en phase 1 des 68 premières fois
 
Catégorie GROS MOT

Aucun commentaire:

Publier un commentaire