lundi 11 septembre 2017

La fille du van de Ludovic Ninet


Date de parution : 17 août 2017 chez Serge Safran
Nombre de pages : 208


"Peut-on réellement tout recommencer ?"

Sonja est une belle jeune femme rousse de 28 ans qui vit depuis quelques mois dans son van, un vieux combi défoncé. Infirmière militaire, elle s'est engagée pour fuir son foyer pour une mission de six mois à Kaboul au sein des forces militaires chargées de protéger la population et de lutter contre le terrorisme laissant son fils de deux ans avec son mari. Revenue en France, sujette aux cauchemars et aux idées noires elle est devenue dépendante aux médicaments et à l'alcool. Submergée par la culpabilité de ne pas avoir pu sauver tant de blessés, envahie des souvenirs de tous les soldats blessés qui s'agrippaient à elle, elle vit un enfer. "Je suis morte avec tous les gamins mutilés que je n'ai pas pu sauver, je suis un monstre". Atteinte d'un mal invisible pour tous, elle a sans cesse peur de tomber dans une embuscade sur la route ou de sauter sur une mine.

Revenue dans sa région sur les rives de l'étang de Thau, elle rencontre Pierre, un homme de 48 ans qui vend des poulets rôtis sur le parking d'un centre commercial. Il a été champion olympique de saut à la perche à vingt-deux ans et a ensuite sombré dans la dépression, de doutes en revers et injustices, il a vécu une véritable descente aux enfers pour aboutir à une mort sportive à vingt-six ans. Pierre tente de reprendre goût à la vie par la peinture (A noter que le personnage de Pierre est inspiré de l'histoire vraie d'un grand sportif). Sonja se lie d'amitié également avec Sabine qui la fait embaucher dans un supermarché et avec Abbes, fils de Harki. Cet ami de longue date de Pierre ne parvient pas à quitter la posture de victime qu'il a adopté depuis qu'il a été exfiltré de l'Algérie avec son père. Il avait quatre ans à son arrivée en Métropole, depuis la rage ne le quitte plus. Sa rébellion l'a mené de nombreuses fois en prison. Sonja, qui trouve auprès d'eux une sorte de nouvelle famille, ne parvient pas à leur confier sur son passé et ses blessures.

Ce roman relate donc la rencontre de ces quatre êtres blessés par la vie. L'auteur nous apprend au fil du récit le passé et les échecs de chacun, leurs failles sont parfaitement analysées, j'émets juste un bémol sur le passé de Sabine qui, pour moi, aurait gagné à être plus développé. Tous les personnages qui ont de nombreuses plaies à cicatriser sont très attachants. Peut-on se reconstruire avec les fantômes du passé? Peut-on court-circuiter ses souvenirs?
L'auteur nous livre de superbes pages sur les sensations du sauteur à la perche, une vision très réaliste du quotidien d'un infirmier militaire en temps de guerre et quantité de scènes très fortes comme celle de l'anniversaire du fils de Sonja. J'ai été profondément émue par ce roman qui parle de culpabilité et d'amitié. Porté par une fort jolie plume, il fait se croiser plusieurs histoires, plusieurs mondes, plusieurs destins.

Merci aux Éditions Serge Safran pour cette lecture.


Citations
"Et maintenant, elle attend. Quoi, exactement? D'être reprise demain par la même urgence de trouver à manger, c'est devenu le sens de son existence. L'instinct de survie, rien d'autre. Le règle animal - quelle misère " 


L'auteur 


Ludovic Ninet est né à Paris en 1976. Il a exercé le métier de journaliste pendant quinze ans. Il vit aujourd’hui en Vendée.
La Fille du van est son premier roman. (Sources : Éditions Serge Safran)








3ème lecture de la sélection d’automne des 68 premières fois









20ème participation au Challenge Rentrée Littéraire 2017

2 commentaires:

  1. Tellement enthousiasmée que je fais une pause avant de passer au livre suivant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'autant plus ravie de t'avoir envoyé mon exemplaire.
      C'est un signe quand on ne peut pas enchaîner tout de suite sur un autre livre...
      Bonnes vacances

      Supprimer