jeudi 14 mars 2019

Ce qui nous revient de Corinne Royer


Date de parution : janvier 2019 chez Actes Sud
Nombre de pages : 272

Marthe Gautier a découvert en 1958 le chromosome surnuméraire responsable de la trisomie 21. Mais cette grande chercheuse qui avait acquis des compétences en culture cellulaire aux Etats-Unis a été dépossédée de sa découverte par Jérôme Lejeune. Marthe Gautier est surnommée la Découvreuse oubliée, victime de "l'effet Matilda", ce processus de déni ou de minimisation de la contribution des femmes scientifiques à la recherche, au profit de leurs collègues masculins. 

Corinne Royer nous raconte Marthe Gautier en l'entourant d'une fiction autour du personnage de Louisa Gorki qui elle aussi a été dépossédée. Lorsqu'elle avait dix ans, Louisa a vu sa mère cantatrice Elena partir pour un récital, pour une absence de quelques jours. Elena n'est jamais revenue. Plus tard elle apprend par son père qu'Elena, enceinte d'un enfant trisomique, était partie se faire avorter en accord avec lui. Elle a été ensuite incapable de rentrer chez elle, laissant Louisa grandir seule auprès de son père effondré de chagrin. 

Quinze ans plus tard, Louisa, devenue jeune étudiante en médecine, rencontre Martha, âgée de 90 ans pour finaliser sa thèse sur la trisomie 21. Les deux femmes ont beaucoup à apprendre l'une de l'autre...

Ce roman mêle habilement l’authentique controverse scientifique qui concerne Marthe Gautier, aujourd'hui âgée de 93 ans, à une émouvante fiction familiale très bien menée. J'ai été passionnée par l'histoire de cette chercheuse pionnière spoliée, une femme oubliée, une femme dont le rôle dans une découverte majeure n'a toujours pas été reconnu. Corinne Royer lui redonne ici sa place, elle la réhabilite avec beaucoup d'empathie. Juste un petit bémol : j'ai trouvé que l'histoire de Louisa prenait trop de place au détriment de celle de Marthe. L'écriture est très élégante, extrêmement travaillée, le vocabulaire très recherché, et l'ensemble est très documenté.

Livre lu dans le cadre du Prix Orange.













L'auteure

Née en 1967, Corinne Royer vit entre Saint-Étienne, Paris et Uzès. Après avoir dirigé une agence de communication et réalisé des documentaires dans les domaines de l’humanitaire et de l’environnement, elle se consacre à l’écriture et intervient en tant que rédacteur indépendant pour plusieurs magazines. Elle collabore également avec des artistes autour d’une collection de beaux livres. Ce roman est son quatrième après M comme Mohican (Héloïse d’Ormesson, 2009), La Vie contrariée de Louise (Héloïse d’Ormesson, 2012, prix Terre de France La Montagne ; Babel n° 1589), Et leurs baisers au loin les suivent (Actes Sud, 2016). (Sources : Éditeur)



Aucun commentaire:

Publier un commentaire