mardi 28 juin 2016

Marathon des mots - Toulouse - Juin 2016

MARATHON DES MOTS à Toulouse du 23 au 26 juin 2016
12ème édition
Cap sur l'Afrique - Hommage à Toni Morrison

Virée à Toulouse cette année avec Catherine, Michèle et Annie pour qui ce marathon est une première.
11ème édition pour moi.

Logement à 2 pas de la Chapelle des Carmélites par Airbnb : Charming 2 bedrooms
Très bien aménagé et très bien situé, adresse à retenir.

Jeudi 23 juin
* A la salle du Sénéchal, lecture par Fanny Cottençon de "Un lieu à soi" de Virginia Woolf traduit par Marie Darrieussecq
Un texte qui rassemble une série de conférences sur la place des femmes dans la littérature contemporaine prononcées par Virginia Woolf en 1928. Ce chef d’œuvre de la littérature féministe a été traduit par Marie Darrieussecq. Fanny Cottençon en a fait une lecture très moyenne, peu compréhensible mais fort heureusement suivie par un échange passionnant avec Marie Darrieussecq. Elle a évoqué ses  combats féministes, sa lutte contre la domination du masculin dans la langue française et a indiqué qu'elle glissait dans ses romans des accords au féminin...  
Marie Darrieussecq nous parle de son dernier livre "Être ici est une splendeur", biographie d'une femme peintre féministe écrite à partir de son journal et de sa correspondance. Première femme à se peindre nue, une femme qui a peint toute sa vie sans jamais montrer ses tableaux.
 

* Lecture par Bruno Putzulu de "Black boy" de Richard Wright à la salle du Sénéchal
Magnifique interprétation de Bruno Putzulu de ce texte autobiographique d'un jeune garçon  qui découvre l'injustice dont les personnes de couleur sont victimes dans l’État du Mississipi à l'époque de la ségrégation raciale. Très envie de lire ce livre.
* Lecture par Dominique Blanc de "Mémoire de fille" d'Annie Ernaux en présence de l'auteur au théâtre du Capitole
Un magnifique livre d'Annie Ernaux mais une lecture un peu décevante de Dominique Blanc. Un livre où Annie Ernaux se replonge dans l'été 58, l'été de ses 18 ans et de sa première expérience sexuelle.


Vendredi 24 juin
* Lecture par Bruno Putzulu de "L'arbre du pays Toraja" de Philippe Claudel à la Chapelle des Carmélites
Encore une fois Bruno Putzulu a excellé dans la lecture de ce texte bouleversant.
Un récit qui m'a marquée, très riche en sujets de réflexion sur la vie, la mort, la vieillesse, l'amour...

* Lecture de "Beloved" de Toni Morrison par Marie-Christine Barrault au Cloître des Jacobins.
Marie-Christine Barrault n'a pas réussi à rendre cette lecture intéressante mais la notoriété de ce livre et son thème font que j'ai quand même envie de le lire.
 

* Lecture par Daniel Mesguich de "Chinongwa" de Lucy Mushita à la chapelle des Carmélites
Premier roman d'une jeune femme originaire du Zimbabwe, inspiré de l'histoire de sa grand mère, dans un pays et à une époque où les très jeunes filles étaient données en mariage à de riches vieillards contre de la nourriture.
Un livre que je vais lire très bientôt, merci Annie!


* Lecture par Blandine Bellavoir du livre "Les douze tribus d'Hattie" d'Ayana Mathis en présence de l'auteur à la Chapelle des Carmélites
Un livre que j'ai beaucoup aimé, des passages très bien lus par Blandine Bellavoir. Cependant, les passages choisis n'étaient pas, à mon goût, les plus judicieux pour représenter le portrait d'Hattie au travers du destin de ses 12 enfants. Mais, Ayana Mathis, à qui j'en ai fait la remarque, m'a dit avoir elle-même choisi les extraits lus...alors...
 

* Lecture par Dany Lafferière de son livre "Odeur de café" au Cloître des Jacobins.
Récit de l'enfance de Dany Laferrière à Haïti dans le giron de sa grand-mère, Da. 
Un moment très agréable avec un auteur qui a entrecoupé sa lecture d'anecdotes amusantes. Selon lui, un écrivain est un homme qui raconte la vie sans jamais bouger de sa chaise...
 

* Lecture de "Madame rêve" au Cloître des Jacobins par Pierre Grillet accompagné au chant et à la guitare par Benjamin Siksou.
Pierre Grillet est le parolier de Madame rêve, chanson interprétée par Alain Bashung. Il nous parle de Natasha, la femme qui lui a inspiré ce texte.
Une jolie interprétation musicale mais une lecture peu intéressante et même agaçante par l'attitude de Pierre Grillet. 



Samedi 25 juin
* Rencontre avec Dany Laferrière et Alain Mabanckou au Cloître des Jacobins
Deux écrivains amis dont la complicité est évidente ... Ils se définissent comme des écrivains jumeaux et précisent que leurs livres discutent ensemble à leur place quand ils ne sont pas ensemble.

* Lecture par William Nadylam du discours de Philadelphie du candidat Barack Obama en 2008 et d'extraits de "une colère noire- lettre à mon fils" de Ta-Nehisi Coates
Une analyse lucide du problème racial aux Etats-Unis de la part d'Obama. 
Un rappel montrant que, malgré l'élection d'Obama, les violences contre les Noirs n'ont jamais cessé dans ce pays dans le texte de Coates.

* Lecture par Christine Angot de son dernier livre "Un amour impossible" à St Pierre des Cuisines
L'émotion était au rendez-vous à la lecture de ce très beau texte de Christine Angot.  
Un témoignage révoltant sur le rejet social, sur les différences de classes et sur le parcours de Rachel, la mère de Christine Angot, victime de sa passion pour un homme.
Christine Angot en a fait une lecture sobre et très émouvante. Le fait que ce soit elle qui lise son texte a apporté une dimension toute particulière à cette lecture.


* Lecture de "Américanah" de Chimamanda Ngozi Adichie par  Kayije Kagame à la Chapelle des Carmélites
Ce moment avec ce best-seller international, qui raconte ce que signifie être noire dans la société américaine, a été gâché par la mauvaise lecture qui en a été faite.

* Lecture par Hippolyte Girardot de "En attendant Bojangles" d'Olivier Bourdeaut à St Pierre des Cuisines en présence de l'auteur.
Une lecture magnifique d'Hippolyte Girardot de ce roman, révélation de la rentrée littéraire de janvier 2016.
Un épisode un peu cocasse a eu lieu lors de cette lecture. Olivier Bourdeaut, présent au fond d'auditorium, est intervenu vers la fin de la lecture pour interrompre Hippolyte Girardot qui s'apprêtait à lire la fin de l'histoire et donc à en dévoiler son dénouement... L'acteur, d'abord surpris, ne s'est pas démonté, a plaisanté en disant qu'il est préférable pour un acteur de lire des textes d'auteurs morts... et a continué sa lecture...
J'ai été surprise à la fois qu'Olivier Bourdeaut ne se soit pas renseigné de ce qui allait être lu de son roman mais aussi qu'Hippolyte Girardot ne respecte pas son désir. 
J'ai trouvé l'intervention d'Olivier Bourdeaut très spontanée, un peu naïve sans doute mais pleine de fraîcheur.
En tout cas, le public a été ravi de cette lecture et beaucoup de personnes qui n'avaient pas lu le livre se déclaraient désireuses de l'acheter malgré cette lecture un peu trop complète... 



Dimanche 26 juin 
Un dimanche de fin de Marathon des Mots c'est en général une ambiance très très calme pour ne pas dire tristounette dans le centre de Toulouse avec tous les magasins fermés et vraiment peu de monde dans les rues...
Cette année, grâce à l'Euro et surtout grâce aux supporters belges, il y avait une ambiance très vivante, très bon enfant dans le centre ville.

* Lecture par Hippolyte Girardot de "L'homme de ma vie" de Yann Queffélec en présence de l'auteur au Cloître des Jacobins. .
Un livre plein d'humour et de tendresse où Yann Queffélec raconte son père. Lors de l'échange avec le public Yann Queffélec a parlé de son admiration pour son père mais aussi de sa souffrance de ne pas avoir été aimé par lui.
Une lecture qui m'a donnée envie de lire ce livre.


* Lecture par Ariane Ascaride de l'autobiographie d'Angéla Davis à la salle du Sénéchal
Toni Morrison a édité cette autobiographie d'Angéla Davis, icône de la contestation américaine qui a rejoint les Black Panthers et le Parti communiste. Une vie de combat et d'engagements...

* Inès Grunenwald et Pierre Rochefort (le fils de Nicole Garcia et de Pierre Rochefort) au Cloître des Jacobins pour "Je voudrais parler de Duras" de Yann Andréa.
Un magnifique dialogue amoureux entre ces deux acteurs pour nous raconter l'histoire d'amour entre Marguerite Duras et Yann Andréa. 
Duras et Andréa formaient un couple insolite, Duras avait plus de 70 ans, Yann Andréa  30 ans, le texte nous parle de la découverte de la femme derrière l'écrivain, une Marguerite Duras qui disait à son compagnon "Je vous aime, tais-toi".



En résumé, les 3 moments les plus marquants auront été pour moi cette année:
- la lecture de  Un amour impossible par Christine Angot
- la lecture de L'arbre du pays Toraja par Bruno Putzulu
- la lecture de  En attendant Bojangles par Hippolyte Girardot 
Trois livres que j'avais déjà lus mais que j'ai eu grand plaisir à redécouvrir de cette façon.

Encore une très belle édition du marathon avec un programme toujours aussi riche. 

4 commentaires:

  1. Bravo pour ta couverture de l'événement!On a l'impression d 'y être!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, c'est un vrai bonheur de parler de ce festival !

      Supprimer
  2. Merci de me faire partager ce festival où je n'ai pu me rendre cette année pour cause d'heureux évènement.
    A bientôt en Bretagne ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ce n'est que partie remise, au prochain Marathon ou à Manosque...

      Supprimer