jeudi 26 novembre 2015

Mon traître de Sorj Chalandon

Date de parution : janvier 2008 chez Grasset
Nombre de pages : 276

Sorj Chalandon a été correspondant de guerre pendant plus de 20 ans et a longtemps travaillé sur le conflit irlandais.
Pour écrire ce roman il s’est appuyé sur sa propre histoire avec Denis Donaldson, l’un des leaders de l’IRA et du Sinn Féin, traître déclaré en décembre 2005, assassiné en 2006. 
Il dit avoir écrit cette histoire dans un but curatif. Au lieu de chercher à découvrir pourquoi son ami de 25 ans avait trahi, il a choisi de faire un  roman pour se rapprocher des interrogations qu'il a par rapport à cette trahison. Ce roman est donc très proche de l'épisode autobiographique.

"Mon traître" raconte donc l’amitié, jusqu’à l’aveu, entre un luthier français, Antoine, et Tyrone Meehan, un membre haut placé de l’Armée républicaine irlandaise (IRA).  Pendant 25 ans, Tyrone a travaillé pour les Britanniques, leur livrant des informations qui ont coûté des vies. Il s’agit d’une trahison en temps de guerre avec des conséquences car il y a eu mort d’hommes. Tyrone n'a pas seulement trahi son ami mais aussi sa famille, ses amis, ses camarades de lutte.

Antoine découvre l'Irlande lors d'une fête pour ses 30 ans chez un ancien ami. Quelques heures avant son retour à Paris, il se souvient d'une phrase d'un de ses clients : " Vous ne connaissez pas le Nord? Alors vous ne connaissez pas l'Irlande." Il décide alors de faire un tour à Belfast, un tour qui va changer sa vie...
Il va rencontrer Jim et sa femme qui l'invitent chez eux, puis Tyrone Meehan, activiste de l'IRA qu'il va bientôt considérer comme un père. Il va éprouver une sorte d'amour irraisonné pour ce pays et se rendre très régulièrement en Irlande du Nord.

Quand Antoine, double de Sorj Chalandon, apprend la trahison de Tyrone, il ressent un terrible choc, du désarroi puis de la colère et de la tristesse. Il s'interroge sur la réalité de leur amitié "Et notre amitié ? ... Elle était vraie ?".
Il se demande si Tyrone l'a utilisé pour ses activités d'espion, s'il est lui-même coupable d'avoir trahi la cause républicaine à laquelle il croit tant, en aidant Tyrone à se loger lors de ses séjours parisiens.

A la fin de ce roman la question du "pourquoi " de cette trahison reste sans réponse, quelques hypothèses sont juste émises.
Pour mieux comprendre les raisons de cette trahison, Sorj Chalandon a publié en 2011 "Retour à Killybegs", un roman qui complète "Mon traître", où il imagine la version de Tyrone, la défense après l'accusation en quelque sorte...

On retrouve dans "Mon traître" la puissance des romans de Sorj Chalandon avec des mots courts, précis, voire cassants qui vont à l'essentiel des faits et des émotions.

Cet amoureux de l'Irlande du Nord et de ses habitants chaleureux et simples a également une extraordinaire capacité à nous immerger dans l'atmosphère de l'Irlande avec ses pubs enfumés, ses gorgées de Guiness, la dignité et l'engagement des habitants de Belfast qui voient leurs enfants disparaitre par la guerre, la prison ou par une balle perdue.
On se retrouve immédiatement plongés dans l'atmosphère du conflit en Irlande du Nord avec, en point d'orgue, la mort de Bobby Sands après sa grève de la faim. Sorj Chalandon réussit à nous raconter 25 ans de conflit en Irlande du Nord par le prisme de cette trahison.

Un roman magnifique, sensible, pudique, riche en émotions, à lire absolument. 
Un vrai bijou... 


Citations
"Le salaud, c'est parfois un gars formidable qui renonce".

"La guerre est sale. Sale. Ne parle jamais de guerre propre".

"Il trahissait depuis près de vingt ans. L'Irlande qu'il aimait tant, sa lutte, ses parents, ses enfants, ses camarades, ses amis, moi. Il nous avait trahis. Chaque matin. Chaque soir…"


L'auteur
Sorj Chalandon est un journaliste et écrivain français né en 1952.
Il a été grand reporter puis rédacteur en chef adjoint au quotidien Libération de 1974 à  2007. Durant cette période il remporte le Prix Albert-Londres (1988) pour ses reportages sur l'Irlande du Nord et sur le procès de Klaus Barbie.
Depuis, il est devenu un auteur reconnu grâce à "Une promesse" en 2006 Prix Médicis, "Mon traitre" en 2008 Prix Joseph Kessel et en 2011 "Retour à Killibegs" couronné par le Grand Prix du roman de l'Académie Française.
Le prix Goncourt des lycéens lui est attribué pour "Le Quatrième Mur" en 2013.


Lus du même auteur




Pour accéder à ma chronique, cliquer ici




Pour accéder à ma chronique, cliquer ici





Pour accéder à ma chronique, cliquer ici









Pour accéder à ma chronique, cliquer ici










Pour accéder à ma chronique, cliquer ici




Aucun commentaire:

Publier un commentaire