vendredi 29 janvier 2016

Le nouveau nom d'Elena Ferrante

Date de parution : janvier 2016 chez Gallimard
Nombre de pages : 560

Une amitié passionnée et complexe 

Quel plaisir de retrouver Léna et Lila les deux héroïnes de "L'amie prodigieuse"!
J'ai trouvé très agréable d'enchainer sur cette suite peu de temps après avoir lu le premier tome car j'avais encore les personnages bien en tête. De toutes façons, Elena Ferrante fournit, en début d'ouvrage, un lexique bien pratique pour s'y retrouver entre ses multiples personnages.

L'histoire reprend là où elle s'était arrêtée à la fin de "l'amie prodigieuse", donc au mariage de Lila. Léna, quant à elle, continue à flirter avec Antonio tout en étant toujours amoureuse de Nino.

Avec cette deuxième génération qui rentre dans la vie adulte, on comprend comment s'impose la domination des hommes sur leurs épouses qu'on avait pu constater au sein des couples de leurs parents. Les enfants reproduisent exactement le même schéma, l'homme se doit d'imposer son autorité à son épouse, si besoin de façon violente, les marques de coups sur l'épouse n'interpellent personne, c'est la norme... Comme il est naturel que les enfants soient battus par leurs parents ou leur grand frère.

Dans ce deuxième tome on voit les deux amies évoluer dans deux mondes différents : Lila accède à la richesse, aux beaux quartiers par son mariage avec Stéfano Carracci, le fils du mafioso du quartier tandis que Lèna vit toujours dans la misère, poursuit ses études, fréquente des jeunes qui, comme elle, ont soif d'apprendre et rêvent de fuir ce milieu , la "fange" comme elle le nomme .
De plus, l'une est devenue femme en devenant épouse alors que l'autre ignore tout dans ce domaine.

Leurs caractères restent très opposés. Lila est toujours aussi audacieuse, séductrice, imprévisible, rebelle, obstinée et excessive alors que Lèna est plus prudente, encore bien dépendante de son amie et vit souvent dans son ombre.
Elles vivent une relation complexe faite de tensions et de séparations mais un lien inextricable semble les relier.

Ce deuxième tome retranscrit moins l'ambiance du quartier napolitain que "L'amie prodigieuse", il est plus centré sur les relations entre les deux jeunes femmes,  sur leurs émois amoureux. Elena Ferrante est experte pour décortiquer et analyser sentiments et émotions sans jamais tomber dans le roman à l'eau de rose.

C'est une belle œuvre romanesque sur fond de camorra, une saga napolitaine sur l'émancipation féminine racontée de manière fluide et très vivante avec beaucoup de réalisme sans aucun temps mort, aucun passage inutile malgré l'imposant nombre de pages.
Dommage que le troisième tome ne paraisse que dans un an en France!!!


Citations
"Nous avions grandi en pensant qu'un étranger ne devait pas même nous effleurer alors qu'un parent, un fiancé ou un mari pouvaient nous donner des claques quand ils le voulaient, par amour, pour nous éduquer ou nous rééduquer"

"Mais sa condition d'épouse l'avait enfermée dans une sorte de récipient de verre, comme un voilier naviguant toutes voiles dehors dans un espace inaccessible où il n'y avait même pas la mer." 


L'auteur
Probablement née à Naples, ville présente dans ses deux romans, Elena Ferrante (un pseudonyme) vivrait selon certains en Grèce. Selon d'autres, elle serait retournée s'installer à Turin.

L'auteur dont quasiment rien n'est connu avec certitude, refuse d'être un personnage public et ne s'est pas présentée à la remise des prix que son premier roman "L' Amour harcelant" avait obtenu en 1992.
Elle n'accorde aucune interview.

Elena Ferrante a également publié en 2003 un recueil de lettres à son éditeur, de textes et de réponses à ses lecteurs où elle parle d'elle-même, de son travail. Elle tente de faire comprendre ses raisons de demeurer dans l'ombre, parle d'un désir d'auto-préservation de sa vie privée, d'un souci quelque peu névrotique d'inaccessibilité, de son souci de maintenir  entre elle et son lectorat une certaine distance et de ne pas se prêter aux jeux des apparences où risquent de l'entraîner les contacts avec la presse. Elle est fermement  convaincue que ses livres n'ont pas besoin d'une 4ème de couverture reproduisant sa photographie et entend qu'ils soient perçus comme des organismes auto-suffisants auxquels la présence de l'auteur ne pourrait rien ajouter  de décisif.



Lu du même auteur





Pour accéder à ma chronique, cliquer ici








3eme contribution au Challenge Rentrée Hiver 2016 organisé par Laure de MicMelo


2 commentaires:

  1. ON PARLE DU TOME 3, QUEL EST SON TITRE ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il doit y avoir 4 tomes en tout , ils sont tous déjà sortis en Italie et aux US.
      Je crois que le tome 3 parait en France en janvier prochain... à vérifier...

      Supprimer