mardi 8 septembre 2015

Rien ne s'oppose à la nuit de Delphine de Vigan


Date de parution : août 2011 chez J.C. Lattes
Nombre de pages : 440

Grand prix des Lectrices Elle 2012
Prix du roman Fnac 2011
Prix France-Télévision 2011

Exercice d'autobiographie et d'investigation dans la mémoire et les archives familiales.

C'est un roman familial qui a pour héroïne Lucile, une mère bipolaire, femme aussi belle que douloureuse et lointaine, qui flirta très jeune avec la folie et finit par se donner la mort.
Lucile a eu un père collabo et probablement incestueux, elle était issue d'une famille traumatisée (accident, suicide, handicap...)
Pour Delphine et sa sœur cadette, c'est une enfance disparate, inquiète, suspendue à l'état de leur mère Lucile, enfance où les rôles se sont inversés.
Cependant, l'auteure n'oublie aucune trouée de bonheur évoquant les liens tissés entre les membres de cette famille.


La résilience est au centre de ce récit entrecoupé de l'angoisse de l'auteure de faire du mal à ceux qui l'ont aidée dans son enquête (sa sœur, ses oncles et tantes...).
Amour, culpabilité...
Beaucoup d'intensité et de profondeur dans ce récit.
Livre dont on se souvient longtemps après l'avoir lu.


Citations
"L'écriture ne peut rien. Tout au plus permet-elle de poser les questions et d'interroger la mémoire."

"Le noir de Lucile est comme celui du peintre Pierre Soulages. Le noir de Lucile est un Outrenoir, dont la réverbération, les reflets intenses, la lumière mystérieuse, désignent un ailleurs.
Lucile est morte comme elle souhaitait: vivante. Aujourd'hui, je suis capable d'admirer son courage."

 








Lu du même auteur

Pour accéder à ma critique, cliquer ici.
 




Aucun commentaire:

Publier un commentaire